Libération (Casablanca)

10 Novembre 2012

Maroc: Décision «populiste» ou simple application de la loi ? Les médecins du secteur public interdits d'exercer dans le privé

La décision du gouvernement d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le privé ne fait pas l'unanimité au sein des professionnels du secteur de la santé.

Mohamed Dahmani, secrétaire général du Syndicat national de la santé publique (affilié à la FDT), a qualifié cette décision prise lors du Conseil du gouvernement tenu jeudi dernier, de «populiste» et de « comparable à celle prise dernièrement par le ministre de l'Education nationale»

. Mais il a tenu à nuancer ses propos en affirmant, dans une déclaration à «Libé», que son syndicat n'est pas hostile à la décision du ministre de la Santé, El Houssein El Ouardi.

«Est-ce que le ministère a les moyens d'appliquer cette décision? Qui veillera à son application en ces temps où le Conseil de l'Ordre est bloqué?», s'interroge le dirigeant syndicaliste. Et d'ajouter que le gouvernement devrait préalablement résoudre des problèmes juridiques avant de mettre sa décision en pratique.

La position du Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNMSL) est diamétralement opposée à celle de Dahmani.

Le secrétaire général de ce syndicat, Mohamed Bennani Naciri, s'est montré favorable à la décision, car «le SNMSL exige depuis plusieurs années l'application de la loi 10/94 qui interdit aux médecins du secteur public de pratiquer dans le secteur privé».

Il a exhorté, dans une déclaration à «Libé», le gouvernement à aller jusqu'au bout dans l'application de cette décision, mais il a en même temps mis en garde contre d'autres pratiques qui peuvent nuire à la santé des citoyens comme le charlatanisme, la vente des médicaments sans diagnostic médical et l'ouverture des cliniques sans autorisation. «Le gouvernement a l'obligation également de mettre fin à ces pratiques», a-t-il ajouté.

Pour rappel, le ministre de la Santé a annoncé, lors d'un point de presse tenu jeudi dernier, sa décision d'interdire aux médecins du secteur public d'exercer dans le secteur privé, selon la MAP.

Les médecins et les cliniques privées, qui ne respecteront pas cette décision, seront sanctionnés.

Il a également indiqué que des commissions d'inspection veilleront, à partir des trois prochaines semaines, au suivi de la mise en oeuvre de "cette décision politique irréversible", ajoutant que les dispositions nécessaires seront prises à l'égard des contrevenants.

Et d'ajouter que cette décision est prise conformément à la loi en vigueur dont l'article 57 interdit aux médecins d'exercer en même temps dans le secteur public et le secteur privé.

Cette décision intervient dans le but de valoriser les ressources humaines exerçant dans le secteur public à même de répondre, entre autres, aux besoins des citoyens en termes de prestations médicales, a conclu El Ouardi.

Ads by Google

Copyright © 2012 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.