Le Potentiel (Kinshasa)

10 Novembre 2012

Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - 3 officiers subalternes des FARDC devant la justice pour dissipation de munitions

Trois officiers subalternes des Forces armées de la République démocratique du Congo sont aujourd'hui devant la justice militaire dans la cité de Sake, à l'Ouest de Goma. Motif de leur inculpation : dissipation de munitions.

Le capitaine Makanga Bazi, le lieutenant Bonga et le sous-lieutenant Mbusa Kepono des 803ème et 301ème régiments des Forces armées de la RDC (FARDC) basés à Sake, cité située à 27 km à l'Ouest de Goma (Nord-Kivu), comparaissent depuis le mercredi 7 novembre devant la Cour militaire opérationnelle pour dissipation de munitions et non respect de consignes.

Le ministère public met également en charge de ces trois prévenus des infractions de meurtre et tentative de meurtre et les accuse d'être à la base des tirs à l'arme lourde et légère qui avaient fait cinq morts dans la nuit du dimanche 28 au lundi 29 octobre dernier à Sake.

Pour étoffer le dossier devant la cour, l'avocat de la société poursuit des investigations pour appréhender d'autres soldats indisciplinés, auteurs d'actes de pillage perpétrés dans la cité de Sake lors de ces événements.

Le président de la Société civile de Sake avait affirmé que plusieurs magasins, boutiques et habitations avaient été détruits par des bombes et d'autres par contre étaient pillés par quelques soldats indisciplinés.

Selon des sources de la Cour opérationnelle, un blessé est décédé jeudi à l'hôpital de Kirotché portant à cinq le nombre de personnes mortes à cause de cet incident.

Selon le commandant de la 8è région militaire, certaines unités des FARDC pourraient être permutées bientôt, car la localité de Sake est «sur-militarisée» depuis quelques mois. Pour l'heure, seule la police militaire est visible dans les rues, affirment des sources de la Société civile locale.

Le porte-parole militaire au Nord-Kivu avait indiqué que l'incident du dimanche 28 octobre était parti des coups de feu tirés par deux soldats ivres qui se disputaient à Mubambiro, à 5 kilomètres de Sake.

Croyant à une attaque des rebelles du M23, d'autres militaires s'étaient également mis à tirer dans plusieurs directions, selon la même source. De 20 h 30 à 1 heure du matin, des détonations à l'arme légère et lourde dont des lance-roquettes avaient été entendues à Sake et dans ses environs, selon des témoins sur place.

4 morts dans un échange de tirs

Voilà une mesure qui tombe à propos, quand on sait que des tirs à l'arme lourde et légère ont retenti à Sake, près de Goma dans la province du Nord-Kivu, la nuit du dimanche 28 au lundi 29 octobre. Le bilan fait état de quatre morts, dix-neuf blessés et plusieurs maisons détruites. Une confusion a été à la base de ces tirs. Lors d'une dispute, deux soldats des Forces armées de la RDC (FARDC) en état d'ébriété ont tiré des coups de feu.

Croyant à une attaque du M23, d'autres militaires ont répliqué avec des tirs à l'arme lourde et légère, indiquent des responsables militaires dans la région.

Selon le bilan établi par le porte-parole militaire au Nord-Kivu, les tirs ont fait quatre morts parmi les civils ainsi que dix-neuf blessés dont un soldat et un policier. L'incident a aussi causé des dégâts matériels à Sake. Au moins quatre habitations ont été détruites par des bombes.

« Plusieurs autres maisons et boutiques ont été pillées pendant la même nuit par des militaires », explique le président de la société civile à Saké.

Selon le porte-parole militaire au Nord-Kivu, tout est parti des coups de feu tirés par deux soldats en état d'ébriété lors d'une dispute dans la nuit du dimanche au lundi à Mubambiro, à 5 kilomètres de Sake.

Croyant à une attaque des rebelles du M23, d'autres militaires se sont aussi mis à tirer dans plusieurs directions, selon la même source.

De 20 heures 30 à 1 heure du matin, des détonations à l'arme légère et lourde dont des lance-roquettes ont été entendues à Sake et dans ses environs, selon des témoins sur place. Un officier militaire explique que des chars de combat ont été déplacés de Goma jusqu'à Sake. Ce lundi matin, toutes les activités étaient paralysées dans la cité de Sake.

L'auditorat militaire a promis des poursuites à l'endroit des soldats impliqués dans cet incident.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.