Libération (Casablanca)

Maroc: Et si les animaux pouvaient enfin nous parler ?

Vieux rêve dont se sont nourris les auteurs de contes pour enfants ou de livres et de films de science-fiction, La planète des singes en tête.

Si les animaux pouvaient parler avec nous, la face de la société, si ce n'est celle du monde, en serait probablement changée. Même si le verbe ne suffit pas pour éradiquer la barbarie.

Les hommes l'ont brillamment démontré. N'empêche... Nos relations avec des chevaux, les chiens, les chats et autres rats de labo seraient sans doute différentes si ces animaux pouvaient s'exprimer par le langage. Or, jusqu'à présent, le rêve ne s'est guère réalisé qu'avec les perroquets... Avec un dialogue limité.

Bien sûr, c'est du côté du singe que l'on attend le plus d'aptitudes, anthropomorphisme oblige. Mais, malgré d'étonnantes démonstrations d'intelligence, nos frères simiens restent muets, comme le rapporte la primatologue Emmanuelle Grundmann dans un article publié par Science et Avenir en janvier 2012.

En août 2012, une autre publication, dans la revue Science sur les éléphants révélait leurs capacités à émettre des infrasons, inférieurs à 20 Hz, pour communiquer avec leurs congénères sur de longues distances.

Le chercheur, Christian T. Herbst, et son équipe notaient alors que les mécanismes utilisés par les éléphants pour produire ces sons sont les mêmes que ceux dont disposent les hommes pour parler et chanter.

Et puis, le 1e novembre, dans un article de la très sérieuse revue Current Biology, on apprenait qu'un éléphant d'Asie mâle nommé Koshik dispose d'un vocabulaire de 5 mots en Coréen: annyong (hello), anja (assis), aniya (non), nuo (allonger) et choah (bon).

Les vidéos montrant Koshik imitant la voix humaine pour prononcer ces mots circulaient depuis quelques années sur Internet. Mais les chercheurs menés par Angela Stoeger-Horwath de l'université de Vienne (Autriche) viennent maintenant d'officialiser l'exploit. Une expertise indispensable tant la contrefaçon est aisée dans ce domaine...

Les scientifiques ont vérifié la prononciation de Koshik en faisant écouter 47 enregistrements à 16 Coréens de naissance. Ces derniers ne connaissaient pas les mots prononcés.

Leur verdict a confirmé les dires des dresseurs de l'éléphant. Koshik a donc passé avec succès son examen de Coréen... sur 5 mots.

Mais c'est un début et, surtout, cela suffit à démontrer les facultés de prononciations des éléphants. Une rareté chez les mammifères... à l'exception notable de certains cétacés comme NOC, un beluga qui s'est distingué avec une imitation assez sidérante de la voix de son dresseur.

Tout espoir n'est donc pas perdu. Certains mammifères disposent donc à la fois des capacités physiques nécessaires à la prononciation de mots du langage humain. Par ailleurs, ils sont dotés d'une intelligence indéniable.

On ne peut donc plus dire qu'il ne leur manque que la parole. Mais il leur reste encore à acquérir le langage.

Ads by Google

Copyright © 2012 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.