11 Novembre 2012

Djibouti: La cour suprême refuse la liberté provisoire pour Houssein Ahmed Farah

Photo: allAfrica.com
Photo d'archives : cet enfant porte un tee-shirt disant qu'il aimerait une presse libre quand il sera grand.

La Cour suprême de Djibouti a rejeté ce dimanche 11 novembre une demande de mise en liberté provisoire de Houssein Ahmed Farah. Ce dernier, qui est à la fois journaliste, membre de la Ligue djiboutienne des droits de l'homme et chef d'une petite formation politique, est en prison depuis le 8 août dernier.

Il est accusé par de s'être soustrait au contrôle judiciaire auquel il était soumis depuis 2011 et de participation à un mouvement insurrectionnel. Il est aussi soupçonné d'avoir distribué de fausses cartes d'électeurs. Zacharias Abdillahi, l'avocat de Houssein Ahmed Farah, estime que son client est victime d'un complot politique et de harcèlement judiciaire.

Maître Zacharias Abdillahi

Avocat de Houssein Ahmed Farah

C'est une arrestation purement politique.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.