Le Potentiel (Kinshasa)

Congo-Kinshasa: Craignant l'effet de contagion dans la sous-région - L'Angola s'oppose farouchement à la balkanisation du pays

Photo: HRW
(Photo archive) - Les rebelles du M23 en RDC

Le démembrement de la République démocratique du Congo n'enchante pas ses voisins. Puissance économique et militaire de la sous-région, l'Angola s'est exprimé clairement par la bouche de son ambassadeur à Kinshasa. Toucher à la moindre portion de la RDC équivaudrait à ouvrir la voie à toutes sortes d'abus. Le pays de Dos Santos qui se considère comme le prochain sur la liste n'entend pas voir ce projet machiavélique se réaliser afin de garder les équilibres dans la sous-région.

A l'occasion de la célébration du 37ème anniversaire de son accession à l'indépendance le 11 novembre, l'ambassadeur angolais Emilio Guerra en a profité pour fixer l'opinion congolaise sur la position de son gouvernement sur la guerre dans l'Est de la RDC. A ce sujet, la position de l'Angola est sans équivoque. « L'Angola n'acceptera jamais le démembrement de la RDC », déclare Emilio Guerra. Mettant de côté tous les différends qui existeraient entre lui et Kinshasa, Luanda privilégie l'essentiel dans les rapports entre voisins sur le continent. Sans éviter des questions qui fâchent, le diplomate angolais a eu un langage de vérité devant les médias congolais.

Pour l'Angola, il ne sert à rien de se hasarder dans la voie de l'acceptation de l'implosion de la RDC dans ses frontières héritées de la colonisation. Tranchant, le diplomate angolais martèle : « S'agissant particulièrement de la situation à l'Est de ce pays, la position de l'Angola est claire et sans équivoque : l'Angola défend l'intangibilité des frontières de la République démocratique du Congo telles que héritées de la colonisation, car cautionner le démembrement de la RDC ou d'un autre Etat africain serait un mauvais précédent qui n'apporterait pas du bonheur aux peuples africains ».

Luanda n'entrevoit pas l'éventualité d'une partition de la RDC : « l'Angola ne la cautionnera jamais ». Pour cause, ouvrir la voie au démembrement des Etats africains équivaudrait à ouvrir une brèche qui ne se refermera plus jamais. En effet, si rien n'est fait pour stopper pareilles velléités expansionnistes des voisins, téléguidés par des puissances occidentales, le prochain sur la liste après la RDC risque d'être l'Angola.

Des stratèges de la sous-région sont formels à ce sujet. Les Angolais eux-mêmes doivent avoir fait une analyse similaire. En clair, cette voie répandrait le virus de la déstabilisation de l'ensemble du continent. L'Angola ne serait donc pas partie prenante à une autodestruction par passivité du continent africain.

Quant à la présence de l'armée angolaise à l'intérieur des frontières congolaises à Tshela précisément, Emilio Guerra se défend de voir accréditer la thèse que l'Angola nourrirait des velléités expansionnistes sur le territoire congolais. Aussi, justifie-t-il la présence des militaires angolais à Tshela, dans le but d'exercer le droit de poursuite contre les rebelles du Flec, dont les bases arrières sont établies sur le territoire congolais.

Dans un langage de franchise, il s'est interrogé : « Comment expliquer qu'un pays ami puisse abriter une armée rebelle sur son territoire pour attaquer un pays voisin ? » Toutefois, note l'ambassadeur Emilio Guerra, « en ce qui concerne les relations avec la République démocratique du Congo, nous les considérons bonnes et fraternelles, malgré quelques incidents ».

Des « incidents » qui ne peuvent effacer tous les sacrifices consentis par les deux peuples dans la consolidation de leurs liens séculiers. Les preuves abondent à ce sujet : en 1998, lors de l'invasion rwandaise à Kitona, l'intervention de l'armée angolaise était décisive pour stopper l'avancée des mercenaires venus de Kigali et les rebelles du RCD.

Même s'il n'est pas acquis que l'armée angolaise pourrait intervenir dans l'Est contre le M23 et ses soutiens, la dynamique sur le terrain des opérations pourraient conduire à des changements décisifs dans les positions des uns et des autres au regard de leurs prédispositions et sensibilités respectives face à cet épineux dossier.

Sur un autre registre, les déclarations sur l'acceptation du versement de 600 millions USD d'appui budgétaire par l'Angola est un lointain souvenir qui ne cadrait pas avec la réalité. L'Angola n'aurait jamais formulé pareille proposition en résolution de la crise sur la Zone d'intérêt commun (zic) sur le pétrole querellé du plateau continental. Ces différends sont à classer dans la corbeille des humeurs dans les rapports humains voire des Etats, sans compromettre l'essentiel pour les deux pays. Le plus important est d'assurer la prospérité de deux peuples ainsi que leur bien-être, dans la paix et la stabilité.

« En ce qui concerne sa politique extérieure, les actions de l'Angola seront toujours basées sur le respect mutuel et des avantages réciproques, sur le bon voisinage et sur l'accélération du processus d'intégration économique régionale au niveau de la SADC, de la CPLP et de la CEAC. Membre de l'ONU et de l'UA, l'Angola continuera à respecter tous les engagements, internationaux et à appliquer toutes les normes des traités internationaux auxquels il fait partie ou auxquels il a adhéré», a conclu le diplomate angolais.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

L'Angola s'oppose farouchement à la balkanisation de la RDC

Carte de la RDC avec les 11 provinces

Le démembrement de la RDC n'enchante pas ses voisins. Puissance économique et militaire de la sous-région, l'Angola s'est exprimé clairement par la bouche de son ambassadeur à ... Read more »

L'étau se resserre contre les agresseurs de la RDC

(Photo archive) - Les rebelles du M23 en RDC

On dirait comme un arroseur arrosé. Un retournement de situation est en train de s'opérer dans la crise qui sévit à l'Est de la RD Congo. La rébellion du M23 et le Rwanda qui, ... Read more »