13 Novembre 2012

Liberia: Le népotisme selon Sirleaf

interview

Dans une interview avec RNW, la présidente du Liberia assume son népotisme et les hauts salaires de certains fonctionnaires.

- Madame Johnson Sirleaf, vous êtes une presidente appréciée dans le monde entier. Vous avez reçu le Prix Nobel de la paix en 2011. Mais dans votre propre pays, vous avez été accusée de nepotisme et de corruption. Trois de vos fils ont été nommés à des postes gouvernementaux. Comment expliquez-vous cela ?

- Notre pays a de très faibles capacités. Quelques institutions, qui doivent mener à bien d'importantes réformes pour la transformation de notre pays, n'ont pas la capacité et parfois n'ont pas l'intégrité nécessaire pour faire ce qui est juste. [...] Nous devons placer certains proches pour mener à bien notre mandat de réforme à un niveau de compétence et d'honnêteté qui est nécessaire.

Le népotisme, c'est mettre quelqu'un de sa famille dans une position pour laquelle il n'a ni la qualification ni l'intégrité ou la compétence. Il y a parfois des moments où vous devez faire ça, même si c'est une mesure temporaire, pour remplir vos objectifs.

- Vous avez accusé l'ancien président du Liberia, William Tolbert, de népotisme pour avoir placé ses proches à des positions de pouvoir. Pensez-vous qu'ils étaient compétents ?

- Oh, absolument, ils l'étaient. Et, oui, j'ai été critiquée. Mais quand vous remplissez vos objectifs à la fin de la journée, c'est ce qui compte.

- Donc, vous ne renverrez pas vos fils ? Pour montrer que vous êtes une héroïne de l'anti-corruption ?

Non, je n'ai pas dit ça. Il y a un mandat et il y a un travail à accomplir. Quand ce travail et ce mandat seront accomplis, peut-être qu'ils iront vers d'autres choses.

- Les fonctionnaires du gouvernement au Liberia gagnent parfois jusqu'à 10 000 dollars par mois. Y-a-t-il quelque chose que vous pouvez faire à ce propos ?

- Quand nous devons recruter des Libériens avec certaines compétences professionnelles et une certaine expérience, pour des postes stratégiques, si nous ne les payons pas bien, nous ne pouvons pas les recruter.

Si un Libérien est qualifié et compétitif et si nous voulons le recruter, nous devons faire ça. Les Libériens qui occupent de telles fonctions et qui touchent de hauts salaires sont de solides managers, avec de l'expérience, recrutés au sein d'entreprises étrangères. Leurs compétences sont désespérément recherchées pour construire notre pays. Les Libériens ne devraient pas critiquer ceux qui reviennent avec les bonnes compétences pour reconstruire leur pays. Nous en avons besoin au Liberia.

- Comment allez-vous gagner la confiance du Liberia ?

- J'ai confiance dans le Liberia. Je ne parle pas de la minorité bruyante. Cela fait partie de la transformation. Je parle de la majorité satisfaite que je rencontre dans les zones rurales et qui est heureuse de voir que sa vie a changé, que son revenu a augmenté, et qu'elle a accès à de meilleurs services.

Nous acceptions les critiques, nous acceptons les commentaires, nous acceptons aussi l'adoration et la louange. Cela fait partie du progrès dans une société démocratique ou tous les droits sont respectés et protégés. Le Liberia avance et la majorité des Libériens et la communauté internationale le sait et le reconnait.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio Netherlands Worldwide. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.