Le Potentiel (Kinshasa)

13 Novembre 2012

Congo-Kinshasa: Depuis sa cellule de La Haye - Guerre dans l'Est du pays - Jean-Pierre Bemba lance un appel à la réconciliation

Photo: Radio Okapi
Le sénateur Jean-Pierre Bemba à la Haye.

Bien qu'incarcéré à La Haye par la CPI, l'ancien vice-président de la RDC lance un appel à la réconciliation pour mettre un terme à la guerre dans l'Est du pays.

« Au-delà de tout clivage politique, (...), le plus urgent et le plus important est de sauver le Congo. Il est fondamental d'oeuvrer tous pour la restauration de la paix en République démocratique du Congo », martèle le challenger de Joseph Kabila lors de la présidentielle de 2006. Dans un « message au peuple congolais » lu par Thomas Luhaka, secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba Gombo appelle Kinshasa à "mettre fin à la guerre dans l'Est" du pays.

L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba propose sa piste de sortie de crise : « Je lance cet appel solennel à la réconciliation, à l'unité et à la cohésion nationales, à toutes les Congolaises et à tous les Congolais où qu'ils se trouvent, afin de sauver la patrie en danger ». Toutefois, Jean-Pierre Bemba ne précise pas la forme que devrait prendre ce processus de réconciliation. Il se limite à formuler une exhortation : « Ainsi, je nous invite à transcender les sentiments personnels et les intérêts privés devant cette cause nationale ».

Le président du MLC regrette qu'« après cinquante-deux ans d'indépendance, le rêve d'un Congo uni, fort, prospère et respecté par les autres nations ne s'est pas toujours réalisé». Et pourtant, poursuit-il « il est de notre devoir de transmettre à nos enfants, le Congo tel que nous l'avons hérité de nos pères, c'est-à-dire un Congo uni et limité dans ses frontières du 30 juin 1960 ».

Ayant précédemment déploré cette situation de guerre dans l'Est du pays, le sénateur Bemba écrit : « Aujourd'hui, le pays se trouve confronté à une situation de guerre, ce qui menace l'existence de notre pays comme Etat et comme nation ». Embrayant sur le processus électoral, le président du deuxième parti d'opposition indique : « Je comprends, par ailleurs les attitudes et les inquiétudes des uns et des autres, liées à des frustrations nées d'un processus électoral décrié par tous ». Ce qui justifie l'inexistence réelle d'un bloc interne étanche contre l'agression : « La manière dont les derniers scrutins ont été organisés, a davantage semé les divisions tranchées au sein de la communauté nationale au lieu de la rassembler ».

Par ailleurs, Jean-Pierre Bemba rappelle au gouvernement sa responsabilité : « Je demande au pouvoir en place de prendre ses responsabilités, de mettre fin à la guerre dans l'Est du Congo et à l'insécurité qui y règne, protéger les populations civiles, restaurer l'autorité de l'Etat, éviter la partition du pays ».

Depuis mars 2012, la rébellion du M23 soutenue par Kigali et Kampala, selon des experts onusiens endeuille l'Est de la RDC. Selon l'ONU, les combats entre l'armée et le M23 ont fait environ 390 000 déplacés et plus de 60 000 Congolais ont fui au Rwanda et en Ouganda.

Quant à la situation des droits de l'Homme Jean-Pierre Bemba a invite au respect des droits humains et des libertés individuelles, tout comme l'instauration d'une vraie démocratie. Jean-Pierre Bemba, 49 ans, a été vice-président de la RDC de 2003 à 2006. Il est jugé par la Cour pénale internationale de La Haye pour des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre qu'auraient commis sa milice du MLC en 2002-2003 en Centrafrique.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.