Ghana: Frégate «Libertad» bloquée au Ghana - Le gouvernement argentin hausse le ton

L'affaire de la frégate argentine bolquée depuis plus d'un mois dans le port de Téma, près d'Accra, continue de faire des vagues. Les autorités portuaires ghanéennes ont décidé de suspendre à compter de lundi 12 novembre, l'approvisionnement du navire en eau, en électricité et en carburant. L'objectif est d'obliger l'équipage à accepter que les autorités changent le navire de place.

En réaction, Buenos Aire hausse le ton. Le navire argentin est bloqué depuis le 2 octobre au port de Téma à la demande d'un fonds d'investissement qui réclament de l'argent à l'Argentine.

Le chef de la diplomatie argentine est passé à l'offensive. Il n'a pas hésité à lancer un ultimatum aux autorité ghanéennes. Pour Hector Timerman, le Libertad doit être libéré au plus tard le 14 novembre faute de quoi le gouvernement argentin qui accuse le Ghana de violation du droit international, menace de porter l'affaire devant le tribunal de la mer de Hambourg.

« Tous les délais légaux pour que le gouvernement du Ghana lève l'embargo sur la frégate Libertad et reconnaisse la convention du droit de la mer arrivent à échéance. Mercredi 14 novembre, c'est-à-dire demain, l'Argentine pourra se présenter devant le tribunal de la mer basé à Hambourg. Les représentant de ce ministère y sont déjà pour entamer les actions légales. »

Accra n'a toujours pas répondu à cet ultimatum. Les Ghanéens ont toute fois dès hier suspendu l'approvisionnement du navire en eau, en électricité et en carburant.

Pour Buenos Aire, la décision du Ghana de retenir la frégate Libertad est une violation des traités internationaux. Pour Accra en revanche, il s'agit d'une décision de la justice qui est indépendante.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.