Le Pays (Ouagadougou)

Sénégal: Opération mains propres au Sénégal - De quoi ont peur les Wade ?

billet

Comme d'autres barons du régime Wade, Karim Wade devra se présenter une fois de plus devant les enquêteurs de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) le 15 novembre prochain.

Cette audition a lieu dans le cadre d'une procédure qui vise à ramener dans les caisses de l'Etat sénégalais des milliards qui auraient été détournés. Macky Sall avait promis de mener une campagne tolérance zéro contre les détournements de biens publics et autres malversations financières du genre. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette promesse plusieurs fois répétée du nouveau chef de l'Etat sénégalais n'est pas restée lettre morte. Dans une démocratie qui se respecte, chaque citoyen doit pouvoir répondre de ses actes et chaque dirigeant doit pouvoir rendre compte de sa gestion des affaires publiques. Et il est vrai que le régime Wade a fait l'objet d'accusations de mauvaise gestion de la chose publique à maintes reprises. Il suffit de rappeler à ce sujet l'affaire de la mallette d'argent que Abdoulaye Wade aurait remise à un agent du FMI en fin de mission au Sénégal et qui a fait couler beaucoup d'encre et de salive. Ceci étant, et dans une démocratie digne de ce nom comme le Sénégal, il est de bon ton que la justice puisse entendre les personnes soupçonnées d'avoir commis des détournements de fonds et faire la lumière dans ce genre de cas. Face à ces auditions, on assiste à une levée de boucliers chez les proches de Wade. Mais de quoi les Wade ont-ils peur ? D'une justice partisane, aux ordres, disent-ils.

En effet, pour le camp de l'ex-chef d'Etat, on assiste à une justice sélective. Certes, le fait que les enquêtes ne couvrent pas toute la période de la présidence Wade est un argument en leur faveur. Sall, on s'en souvient, a lui-même été un des acteurs du pouvoir Wade avant de tomber en disgrâce en 2008. Ainsi, faire le procès de l'entièreté de la présidence Wade, c'est faire dans une certaine mesure son propre procès. Mais cela est nécessaire pour sa propre crédibilité. En d'autres termes, le président Sall qui a déjà fait un bon pas en avant en faisant la déclaration publique de ses biens, gagnerait à faire en sorte que les audits en cours soient transparents et équitables autant que faire se peut. De ce fait, il pourrait lui-même prendre toutes dispositions utiles pour se tenir à la disposition de la justice dans le cadre de cette opération mains propres. Cela pourrait, du reste, être pour lui une occasion de convaincre ceux qui doutent encore de l'origine licite de sa propre fortune. Quoi qu'il en soit, Macky Sall a aujourd'hui le mérite de vouloir nettoyer les écuries d'Augias. Face à cette volonté du chef de l'Etat, la menace de son prédécesseur, Abdoulaye Wade, de porter plainte contre lui, ressemble fort à du « tu me poursuis, donc je te poursuis ».

Même si cette volonté de Maître Wade est parfaitement légale et démocratique, on peut bien s'interroger sur ses motivations réelles. Wade veut-il dire qu'en « bon chef d'Etat » garant de la bonne gestion du bien public qu'il était, il avait eu vent de malversations dont Macky Sall serait l'auteur et s'était malgré tout abstenu de saisir la justice à l'effet de faire la lumière là-dessus ? Si tel est le cas, ce n'est pas à son honneur. Ce serait même une preuve et non des moindres que la protection du bien public était le dernier de ses soucis. Cette réaction de Wade suscite d'autant plus de questionnements quand on sait que son régime ne s'était pas fait prier pour engager une procédure contre l'un de ses ex-dauphins, Idrissa Seck alors soupçonné de malversations financières. En tout état de cause, cette attitude de Wade qui intervient seulement au moment où des procédures judiciaires visent ses proches, ressemble fort à du chantage. En ce qui concerne Macky Sall, son attitude a le mérite de ne pas tomber tout d'un coup du ciel. On se souvient que la traversée du désert de cet ancien fils spirituel de Wade tire son origine de sa volonté de demander des comptes à certaines autorités sur leur gestion de la chose publique.

En effet, Sall, alors fort de son statut de président de l'Assemblée nationale sénégalaise et donc de chef du contrôle parlementaire de l'action gouvernementale, avait essuyé le courroux du président Wade pour avoir osé demander des comptes à Karim Wade sur sa gestion de l'Agence nationale pour l'organisation de la conférence islamique (ANOCI). Ce fait prouve au moins que les auditions actuelles sont pour le nouveau chef d'Etat, une continuité de ce qu'il avait voulu faire en tant que président du Parlement, donc du temps où Wade était encore au pouvoir. Toujours est-il que le président Sall a promis de ne pas interférer dans le travail de la justice. Pourvu qu'il tienne parole ! Quant à la justice sénégalaise, elle tient là un bon moyen de prouver encore son indépendance. A elle de prendre toutes les dispositions utiles pour éviter que cette opération de transparence soit une chasse aux sorcières et qu'elle puisse vraiment permettre de faire la lumière et toute la lumière sur la gestion des deniers publics sénégalais.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.