L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: Antsiranana - Arrestation de quatre étudiants

La manifestation estudiantine dans la capitale du Nord, a pris une tournure grave. Les forces de l'ordre ont endigué la descente des étudiants dans les rues.

L'affrontement. Les étudiants grévistes sont descendus dans les rues d'Antsiranana, comme ils le voulaient depuis quelques jours, ce malgré les médiations des différentes autorités locales. Bilan : quatre étudiants sont arrêtés et retenus au camp de la gendarmerie, section des recherches, pour enquête.

Hier, matin, les meneurs de la grève ont réuni les manifestants devant le bloc G du campus, alors qu'ils avaient rendez-vous avec le chef de la région Diana, dans l'après-midi vers 16 h, pour la poursuite des négociations. Comme d'habitude, ils ont obligé les étudiants récalcitrants à grossir les rangs des grévistes. Ils ont même tenté de convaincre les élèves du lycée mixte à rejoindre leur manifestation, mais les éléments de l'Emmo-rég les ont dissuadés. Dans leur descente dans les rues d'Antsiranana, les étudiants grévistes ont renversé à leur passage les étals de certains marchands. Auparavant, une plainte a été déposée au commissariat central par des habitants du quartier Lazaret-Nord pour vol de volailles et de chèvres par des manifestants.

Tirs en l'air

En fait, les forces de l'ordre avaient déjà averti les grévistes qu'elles ne toléreraient pas leur sortie dans la ville, et que, le cas échéant, elles procéderaient à des arrestations. Aussi, les éléments de l'Emmo-rég ont-ils lancé des bombes lacrymogènes et tiré en l'air pour obliger les manifestants à se replier dans le campus universitaire.

« Comme certains étudiants ont commis des chapardages, voire des vols, et ont perturbé l'ordre public, la franchise universitaire ne tient plus et nous pouvons arrêter les fauteurs de troubles », a déclaré un officier de l'Emmo-rég.

L'enceinte de l'université est presque déserte, en ce moment, car la plupart des étudiants se sont réfugiés chez des proches en ville, ou se sont terrés ailleurs.

Face à la situation, les responsables de la sécurité au sein de l'Organe mixte de conception (OMC) et ceux de l'Université Nord d'Anstiranana se sont réunis, hier après-midi, sous la direction du chef de région, Romuald Bezara. Un communiqué a été publié concernant les évènements de lundi et d'hier. À cette occasion, le premier responsable de la région a sommé les étudiants d'enlever immédiatement les barrages qu'ils ont érigés.

« Les formalités administratives au sujet des bourses sont achevées. Il nous reste la réception des dossiers pour distribuer l'argent », a précisé Romuald Bezara.

En outre, il a dénoncé, lors de son intervention télévisée, les agissements d'un enseignant qu'il a qualifié de « cerveau » de la manifestation estudiantine.

Ads by Google

Copyright © 2012 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.