Sénégal: Casamance - Les journalistes invités à accompagner le processus de paix

Ziguinchor — Le président de l'Association des professionnels de l'information et de la communication (APIC) de Ziguinchor (APIC), Cheikh Tidiane Cissé, a invité jeudi les journalistes à informer juste et vrai sur la crise casamançaise, de manière à accompagner le processus de paix, notamment par des analyses en profondeur.

"En tant que journalistes, il fallait que nous analysions en profondeur ce que l'Etat et le MFDC (Mouvement des forces démocratiques de Casamance, NDLR) attendent du (processus de paix), en informant juste et vrai", a-t-il déclaré.

M. Cissé s'exprimait lors d'un atelier de partage, sur le thème : "Analyse situationnelle du processus de paix : défis et perspectives pour la presse". La rencontre est organisée par l'APIC, en partenariat avec le WANEP (West African Network For Peacebuilding).

Selon lui, il faut que le journaliste, souvent "entre deux feux", arrive à gagner la confiance aussi bien de l'Armée que du mouvement rebelle, s'il veut "jouer correctement son rôle et servir les populations".

"Si le (journaliste) perd la confiance d'un des acteurs, le problème ne sera pas résolu", a prévenu le président de l'Association des professionnels de l'information et de la communication (APIC) de Ziguinchor.

Il a expliqué que les journalistes, évoluant dans la région de Ziguinchor, doivent d'abord relever un "problème d'équité", pour se mettre à niveau, ce qui devrait leur permettre de jouer leur partition dans la résolution du conflit en Casamance.

Cheikh Tidiane Cissé a rappelé que ce conflit, dont les débuts datent de 1982, a connu beaucoup de mutations, avec les différents régimes qui se sont succédé à la tête du pays, du règne d'Abdou Diouf à celui actuel de Macky Sall, en passant par le magistère d'Abdoulaye Wade.

Selon le président de l'APIC, ces trois présidents ont tour à tour eu à adopter des stratégies différentes, pour la gestion du conflit casamançais.

L'ancien président Abdoulaye Wade, en ce qui le concerne, avait fait de ce conflit "une affaire personnelle", a-t-il noté. Il s'était entouré de "Messieurs Casamance", tandis que son successeur, Macky Sall, a tendu la main à tous les acteurs du processus de paix, en lançant un appel au MFDC, a souligné M. Cissé.

Du côté du mouvement indépendantiste, depuis la disparition de l'abbé Diamacoune Senghor, principal interlocuteur des pouvoirs publics sénégalais, aucun responsable de l'aile politique ne fait l'unanimité, a relevé le journaliste. De son point de vue, cela constitue "un obstacle" à l'ouverture de négociations sérieuses entre le L'Etat et le MFDC.

Le président du WANEP, Moussa Sow, a, pour sa part, souligné la nécessité d'impliquer davantage les journalistes dans le processus de paix, pour que la presse puisse informer juste et vrai et contribuer ainsi à dégager des pistes de solutions au conflit casamançais.

Le préfet de Ziguinchor, Gorgui Mbaye, a lui invité les journalistes à s'impliquer plus dans le processus de paix, de la même manière qu'ils ont eu à contribuer aux conquêtes démocratiques enregistrées au Sénégal.

"Les perspectives sont immenses et complexes. Elles exigent des sacrifices et des moyens pour faire ce travail. Vous êtes mieux placés pour donner un coup de pouce au processus de paix, compte tenu de votre engagement et de votre patriotisme", a lancé M. Mbaye aux journalistes.

Ads by Google

Copyright © 2012 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.