Africa Info (Douala)

15 Novembre 2012

Cameroun: Selon une ONG, 70% de filles victimes d'abus sexuels

Ai-Cameroun — Selon une étude menée par le Cercle international pour la promotion de la création (Cipcré) entre 2008 et 2010, les filles sont les plus touchées par l'exploitation sexuelle

L'étude souligne que se sont dans les établissements scolaires, les églises, les groupes de prières, les voisinages que le phénomène prend de l'ampleur.

Abordant la traite des enfants à des fins d'exploitations sexuelles au Cameroun, l'ONG démontre que près de 4 000 enfants dont 70% de filles en sont actuellement victimes. Parmi ces victimes, 36% sont âgées de moins de 13 ans. Tous ces enfants sont fragilisés par leur faible niveau d'instruction : 40% ne sont pas scolarisés du tout et 56% n'ont jamais dépassé le cap de la classe de 5ème.

Suite à ces études de 2008, il a fallu, selon l'exposé d'Amely James Koh Bela, spécialiste de la traite des enfants au Cipcrè, lancer en 2011 un programme visant la sensibilisation à la base, mais surtout, la prise en charge des victimes. Dans le cadre de ce programme, le Cipcrè a enregistré depuis janvier 2012 et dans les seules régions de l'Ouest et quelque peu du Centre, près de 40 cas de viols. Les plus jeunes victimes étant âgées de 03 ans et de 4ans et demi avec une jeune maman âgée de tout juste 11 ans, qui a contractée sa grossesse au cours d'un des viols une année plutôt.

selon un expert du Cipré, « les violeurs se retrouvent dans leurs environnement immédiat : famille, école, Eglise... l'inhumanité, l'indignité, la cruauté avec laquelle les enfants sont exploités entrainent des dégâts corporels difficilement effaçables. Il s'agit de blessures, des Ist-Vih, du vieillissement précoce, des grossesses non désirées et précoces, parfois suivies du décès maternel, des troubles de sommeil et des douleurs chroniques. Psychologiquement, ces enfants sont traumatisés et certains présentent des troubles du comportement et sont enclins à des agissements asociaux : grand banditisme, toxicomanie, agressivité et violence ».

L'Ong entend donc à travers ces travaux de restitution, la sensibilisation des familles, et particulièrement de ces grands foyers de viols, afin que cesse la discrimination sexistes, l'exploitation et les abus sexuels sur les enfants, notamment les filles.

Ads by Google

Copyright © 2012 Africa Info. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.