Tunisie: Ouverture d'une enquête après le décès d'un gréviste de la faim

Au lendemain de la mort d'un jeune gréviste de la faim, le ministre de la Justice et les avocats de la victime ont donné leurs versions des faits ce vendredi. Bechir Gholli avait été placé en détention provisoire le 20 septembre, à la suite de l'attaque de l'ambassade américaine. Il s'était arrêté de manger pendant 56 jours pour clamer son innocence, et est finalement décédé jeudi 15 novembre. Un de ses co-détenus, libéré, lui, mecredi, se trouve toujours dans un état critique.

Les avocats de Bechir Gholli dénoncent une négligence, une prise en charge médicale trop tardive. Le jeune homme a pourtant été hospitalisé quatre fois, assure le ministère de la Justice. Insuffisant, répond la défense pour qui il aurait dû être soigné pendant plusieurs semaines d'affilée, au lieu de retourner en prison.

La défense pointe du doigt le gouvernement. Mais le ministre de la Justice, Noureddine Bhiri assure avoir tenté de le sauver. « Toutes les mesures possibles ont été prises pour suivre de près sa santé, que ce soit dans la prison ou les hôpitaux publics, affirme le ministre. Sa famille, ses avocats, l'administration et le juge ont essayé de le convaincre d'arrêter sa grève de la faim, mais il a continué, je le regrette ».

Une enquête a été ouverte sur les conditions de ce décès. Un autre gréviste de la faim, toujours hospitalisé, serait entre la vie et la mort. Il avait, lui, été libéré mercredi. Le ministre de la Justice affirme que son état de santé s'est dégradé après sa remise en liberté.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.