Afrique du Sud: Les ennuis continuent pour Jacob Zuma

Les ennuis continuent pour le président sud-africain Jacob Zuma. Le plus grand hebdomadaire du pays, le Sunday Times, a publié ce dimanche un scoop qui jette encore plus d'ombre sur les conditions troubles dans lesquelles, en 2009, la justice sud-africaine avait décidé d'abandonner les poursuites judiciaires contre lui pour corruption - ce qui lui avait ouvert la voie vers la conquête de la présidence, trois semaines plus tard.

A en croire le Sunday Times, l'histoire ne manque pas d'ironie. La raison pour laquelle le procureur avait abandonné les poursuites judiciaires contre Jacob Zuma en 2009, c'était parce que des écoutes téléphoniques, restées secrètes, révélaient que celui-ci était victime d'un complot politique. Dans ces conditions, il n'aurait pas eu droit à un procès équitable.

Mais selon l'hebdomadaire, qui dit être en possession de 300 pages de mémos, compte-rendus de réunions et e-mails en lien avec l'affaire, le procureur chargé du dossier avait lui-même plié à des pressions politiques pour justifier son abandon des poursuites.

Cette affaire ne va pas arranger les relations, déjà tendues, entre le président sud-africain et la presse - surtout le Sunday Times, avec qui il a déjà eu plusieurs démêlés. Le parquet a d'ailleurs tenté, sans succès, d'en interdire la publication ce dimanche.

Mais cette histoire pourra aussi apporter de l'eau au moulin des partisans de Jacob Zuma, qui, depuis des années, dénoncent une quasi persécution de leur champion par l'opposition et la presse, toujours dominée par la minorité blanche. Une rhétorique qui pourrait toujours rallier ses partisans d'ici le congrès de l'ANC qui, dans un mois, réélira son président.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.