Midi Madagasikara (Antananarivo)

17 Novembre 2012

Madagascar: Mouvance Rajoelina - Scission à six mois des élections

Les autres entités politiques membres de la mouvance sont out. Andry Rajoelina n'a pas besoin de leur soutien aux prochaines présidentielles.

Lundi dernier, le président de la transition Andry Rajoelina a réuni dans la discrétion au Palais d'Etat d'Iavoloha deux entités proches de son régime dont le TGV et l'UDR-C. De simples citoyens qui ne sont affiliés à des partis politiques ont été également invités à la rencontre. La préparation aux futures élections a figuré à l'ordre du jour de la réunion. Bon nombre d'observateurs se posaient la question sur l'absence des autres entités signataires de la Feuille de route, considérées comme étant des pro-Rajoelina.

Il s'agit par exemple de « Les AS » de Voninahitsy Jean Eugène, du HPM (Hery Politika Mitambatra), de l'Arema de Vaovao Bejamin, de l'Escopol et du MDM de Pierrot Rajaonarivelo. Est-ce parce que Voninahitsy Jean Eugène est avec Alain Ramaroson ? Est-ce parce que l'Escopol a déjà Roland Ratsiraka comme candidat aux prochaines présidentielles ? Ou est-ce parce que le président national du MDM sera l'adversaire de Andry Rajoelina aux présidentielles du 08 Mai 2013 ? Mais quid du HPM et de l'Arema de Vaovao Bejamin ? Un constat s'impose : la mouvance Rajoelina est en proie à la scission à six mois des élections.

Un géant aux pieds d'argile. En fait, la mouvance Rajoelina est un géant aux pieds d'argile. Le TGV, le parti que le locataire d'Ambohitsorohitra a fondé après son accession par la force au pouvoir, ne dispose pas de structure solide à la base. Au niveau des régions, des districts et des communes, voire au niveau national, cette formation politique n'a pas de meneurs crédibles à la hauteur de leur mission. Sans parler bien sûr des conflits de leadership qui minent le parti et qui s'y opposent, il faut le dire, sa secrétaire nationale Lanto Rakotomavo au vice-premier ministre Hajo Andrianainarivelo.

Quant à l'UDR-C, il n'y a en fait que l'AVI de Norbert Lala Ratsirahonana et le PSDUM de Jean Lahiniriko. Les autres ne sont que des groupuscules. Au sein de certains partis, il n'y a que le président et le secrétaire général. D'autres n'ont aucun élu. Le Leader-Fanilo qui a fait la force de l'UDR-C a déjà quitté le navire. Le ministre du Tourisme Jean Max Rakotomamonjy n'y représente que lui-même. Au sein du RPSD, une autre formation politique membre de l'UDR-C, il n'y a en fait que Marson Evariste. Bref, Andry Rajoelina se trompe en excluant les autres entités politiques qui ont composé au début sa mouvance.

Ads by Google

Copyright © 2012 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.