20 Novembre 2012

Afrique: Sida - la lutte continue

Photo: Elizabeth Glaser/ Pediatric AIDS Foundation
Au Zimbabwé, quelque soit leur statut sérologique, les mamans sont bien informés sur la transmission du virus du sida de la mère à l'enfant.

Selon le rapport 2012 de l'Onusida, les décès liés au VIH / sida sont en baisse. Le directeur général de l'organisation onusienne, Michel Sidibé, a rappelé dans sa conférence de presse que sans la poursuite de l'effort financier par les Etats, l'objectif de stopper la pandémie à l'horizon 2015 ne pourra pas être atteint.

Est-ce que le programme de riposte contre l'infection au VIH / sida mis en place par la communauté internationale sous l'égide des agences des Nations unies (Unicef et Onusida) a finalement commencé à porter ses fruits ? Il semblerait que oui, à en croire les révélations d'un rapport publié par l'Onusida à Genève. Ce rapport a été rendu public ce 20 novembre, à l'occasion de la Journée mondiale de la lutte contre le VIH / sida.

Stopper la pandémie

Les auteurs du rapport attirent l'attention sur les principaux succès remportés dans ce domaine :

- entre 2005 et 2011, les décès dus au sida dans le monde ont chuté de 24%,

- les nouvelles infections au VIH ont reculé pour leur part de 50% depuis 2001,

- la baisse des nouvelles infections concerne en particulier les enfants. Elle est évaluée à 24% par rapport à 2009. Elle est  de l'ordre de 40% dans 6 pays africains (Burundi, Kenya, Namibie, Afrique du Sud, Togo et Zambie) où le sida est devenu la principale cause de mortalité infantile.

Commentant ces résultats pour le moins encourageants enregistrés à 1 000 jours de la date fixée (fin 2015) dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement pour stopper l'épidémie, Michel Sidibé, directeur général de l'Onusida a parlé d'une « nouvelle ère d'espoir ». « Le rythme des progrès s'accélère, on peut maintenant réaliser en l'espace de 24 mois ce qui prenait une décennie auparavant », a-t-il expliqué.

Ces résultats positifs en matière de lutte contre le sida sont d'autant plus encourageants qu'ils concernent aussi l'Afrique subsaharienne qui a été, avec les Caraïbes, les deux régions du monde les plus affectées par la pandémie. Le nombre des décès liés au sida a décliné de près d'un tiers sur le continent noir, entre 2005 et 2011, et de 48% dans les Caraïbes. Ce recul s'explique essentiellement par la hausse de 59% du nombre de personnes en Afrique ayant accès à un traitement antirétroviral. Sur l'ensemble de la planète, ce nombre s'est accru de 63%.

Volontarisme

Or, ces progrès n'auraient pas été possibles sans des politiques plus volontaristes des Etats et des investissements conséquents. Même les pays à revenu faible ou intermédiaire ont accru leurs investissements dans la lutte contre le VIH de 15% entre 2010 et 2011. Dans sa conférence de presse, Michel Sidibé n'a cessé de rappeler l'importance de poursuivre ces efforts afin de financer pleinement la riposte tant au niveau des Etats qu'à celui des organisations multilatérales.

Ces efforts sont d'autant plus indispensables que, malgré l'éclaircie, la pandémie continue de tuer massivement. En 2011, quelque 34 millions de personnes dans le monde vivaient avec le virus VIH, 2,5 millions de personnes ont été nouvellement infectées, et 1,7 million sont décédées de la maladie. Enfin, 7 millions de personnes éligibles pour le traitement contre le VIH n'y ont toujours pas accès.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.