22 Novembre 2012

Congo-Kinshasa: Le M23 poursuivra son offensive tant que des négociations ne seront pas ouvertes

Photo: HRW
Soldats du groupe rebelle M23.

Joseph Kabila, Paul Kagame et Yoweri Museveni s'affichent de concert et tiennent visiblement à marquer leur fermeté. Les présidents congolais, rwandais et ougandais somment les rebelles du Mouvement du 23-Mars, le M23, de se retirer de Goma et de cesser immédiatement leur offensive. Ils l'ont dit hier soir devant la presse à Kampala après des entretiens à trois ces deux derniers jours en Ouganda. Ils se retrouveront d'ailleurs à nouveau après-demain à Kampala pour un sommet extraordinaire de la Conférence internationale des Grands lacs. Que répondent les rebelles du M23 ?

Dans ses premières déclarations, le président du M23 Jean-Marie Runiga Lugerero pose un préalable au retrait de Goma et demande qu'un dialogue avec le président congolais, Joseph Kabila, soit -avant tout- mis en place. « Il faut se mettre autour d'une table avec la société civile, la diaspora, l'opposition, le gouvernement où on attend une offre du président Kabila pour le dialogue », a déclaré Jean-Marie Runiga Lugerero à l'Agence France-Presse.

Le président du M23 a précisé que s'il y a des problèmes et des revendications spécifiques au M23, il y a aussi le problème de la démocratie en République démocratique du Congo, il y a des problèmes de gouvernance, des problèmes sociaux, des problèmes concernant les droits de l'homme.

Jean-Marie Runiga Lugerero a par ailleurs déclaré à l'agence Reuters que l'offensive se poursuivrait tant que les négociations ne seront pas ouvertes : « Je n'ai pas confiance parce que j'ai attendu trois mois à Kampala pour négocier » a-t-il affirmé.

Donc pas de retrait de Goma envisagé pour l'instant. Le chef du M23 a également précisé que, si ses troupes étaient attaquées, elles riposteraient et elles continueraient à avancer. Le porte-parole militaire de la rébellion, le lieutenant-colonel Vianney Kazarama, lui, est allé un peu plus loin : « Nous n'allons pas nous arrêter à Goma, nous irons jusqu'à Bukavu, Kisangani et Kinshasa », a-t-il déclaré hier.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.