United Nations (New York)

Mali: Reprise de l'intégralité du programme de lutte contre le VIH/SIDA grâce à un accord entre le Fonds mondial et le PNUD

document

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a signé mercredi un accord avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en vue de reprendre l'intégralité d'un programme de lutte contre le VIH prévoyant de fournir un traitement vital contre le sida à des dizaines de milliers de personnes au Mali.

Aux termes de cet accord, le Fonds mondial a approuvé le financement, à hauteur de 75 millions de dollars, du dépistage, de la prévention et du traitement du VIH/sida au Mali pour les trois prochaines années. À l'heure actuelle, environ 50.000 personnes vivent avec la maladie au Mali.

« La signature de cet accord [...] fait naître l'espoir chez nombre de nos citoyens qui peuvent désormais affirmer qu'ils ne sont pas oubliés », s'est félicité Tiéman Coulibaly, le Ministre des Affaires étrangères du Mali.

Le programme concerné vise des populations clés davantage exposées au risque et entend, parmi d'autres priorités, intensifier les efforts pour réduire les risques de transmission du VIH de la mère à l'enfant et appuyer un dépistage volontaire plus systématique des femmes enceintes.

Le Fonds mondial et ses partenaires ont pris des mesures pour rétablir la confiance à l'égard de la gestion de la subvention au Mali après que des problèmes de gestion des fonds ont été mis au jour. Depuis 2011, le Fonds mondial a déployé des mécanismes de gestion et de suivi des subventions, tandis que le PNUD renforçait les mesures de protection contre la fraude et élargissait l'accès du Fonds aux audits internes des programmes qu'il finance.

« Ce nouveau financement des programmes de lutte contre le VIH au Mali marque une étape importante et témoigne de l'engagement du Fonds mondial à soutenir des activités propres à sauver des vies dans le pays, en particulier à une époque où la situation humanitaire mérite toute notre attention. Plus de 30.000 personnes au Mali bénéficient désormais d'un traitement régulier et 20.000 comptent sur des soins de qualité. Nous nous attendons à ce que ces chiffres augmentent », a déclaré Mark Edington, le Directeur de la Division de la gestion des subventions du Fonds mondial.

Aurélien A. Agbénonci, Coordonnateur résident des Nations Unies et représentant résident du PNUD au Mali, a salué ce nouveau partenariat qui, selon lui, s'inscrit dans la logique de la stratégie nationale de développement du pays.

« Pour nous, cette intervention s'intègre également dans le contexte d'une vision plus large et d'un investissement à long terme en faveur du renforcement des capacités. Elle encourage une stratégie nationale de riposte qui dépende moins de l'aide étrangère à long terme, ce qui en améliore la pérennité », a déclaré M. Agbénonci.

Le Fonds mondial finance des programmes au Mali depuis décembre 2003 et a versé, à ce jour, environ 90 millions de dollars qui ont servi à fournir un traitement antirétroviral à 30.000 patients, à détecter et à soigner 17.000 cas de tuberculose à frottis positif et à distribuer 720.000 moustiquaires imprégnées d'insecticide de longue durée au Mali. Du reste, le Fonds mondial devrait signer dans les prochains mois deux subventions : une portant sur le paludisme et l'autre sur la tuberculose.

Copyright © 2012 United Nations. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.