23 Novembre 2012

Tchad: Après huit semaines de grève des fonctionnaires la situation reste bloquée

Les fonctionnaires tchadiens achèvent ce vendredi 23 novembre leur huitième semaine de grève. Ils revendiquent depuis le mois de juillet l'application d'un accord portant sur les augmentations de salaires. Les différences de lecture dudit accord ont conduit à la rupture du dialogue entre gouvernement et syndicats. Mais depuis quelques jours, les parties ont accepté de discuter indirectement sans arriver à débloquer la situation.

Après l'échec de la médiation entreprise courant septembre par les leaders religieux, plusieurs initiatives venant de politiciens, de leaders de la société civile, ont tenté de renouer le dialogue entre le gouvernement et l'Union des syndicats du Tchad (UST).

Pendant toute cette semaine, on a beaucoup entendu parler de la facilitation menée le Réseau des associations de défense des droits de l'homme du Tchad (RADHT). Selon son coordonnateur, les deux parties ont évolué sur plusieurs points. « Depuis que nous avons commencé à travailler, affirme Djidda Oumar, nous n'avons pas rencontré beaucoup de difficultés par rapport à certains préalables qu'avait posés l'UST telles que l'annulation des affectations de ses membres, la régularisation des situations des contractuels. Le gouvernement également a vraiment manifesté sa bonne disponibilité et est en train d'avancer ».

Les syndicats rappellent toutefois qu'ils attendent un engagement ferme du gouvernement avant toute suspension de la grève. « Nous avons été échaudés par la médiation des religieux », ajoute un syndicaliste.

Si rien n'est fait d'ici samedi, les travailleurs conviés à une assemblée générale vont prolonger la grève pour la neuvième semaine.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.