Le Soleil (Dakar)

23 Novembre 2012

Sénégal: Enquête sur les biens mal acquis - Rude journée pour Karim Wade à la gendarmerie

Arrivé un peu après 10 heures 30 minutes au siège de la section « Recherches » de la compagnie de Gendarmerie de Dakar, à Colobane, l'ancien ministre d'Etat y était toujours au-delà de minuit. Les autorités n'ayant pas communiqué officiellement sur le sujet, les supputations sont allées bon train autour de l'issue de cette troisième convocation de Karim Wade déjà interdit de sortie du territoire national.

Gestion de l'Agence nationale de l'organisation du Sommet de la Conférence Islamique (Anoci), biens immobiliers au Sénégal et à l'étranger, comptes bancaires off-shore : les commentaires allaient bon train toute la journée d'hier aux alentours de la caserne Samba Diéry Diallo où l'establishment du Pds avait installé, si l'on ose dire, son quartier général, pour les raisons de la convocation du fils de l'ancien président de la République.

Sous des tentes, plusieurs responsables de premier plan du parti de Me Abdoulaye Wade, entourés de militants décidés à exprimer leur soutien à l'ancien patron de la « Génération du concret », ont fait revivre les grandes heures de l'opposition ; « une position naturelle pour lui et qu'il connaît bien », selon la formule d'un jeune responsable libéral.

Rien n'a filtré du tête-à-tête entre Karim Wade et les hommes du capitaine Cheikh Sarr, mais sa longueur - la plus longue parmi les trois - a fait naître toutes sortes de commentaires parmi la foule qui, jusqu'à une heure avancée de la nuit, guettait une probable sortie de Karim Wade des locaux de la caserne.

Deux choses demeurent constantes : la première est qu'au regard de la nature de la procédure, les enquêteurs tiennent quelque chose de « costaud ». Des proches de Karim Wade, dont plusieurs journalistes, ont été entendus hier. La seconde a trait à la mobilisation dont a fait montre le Pds à l'occasion (voir article par ailleurs). Secret de l'instruction oblige, les pandores n'ont pas communiqué sur le sujet mais il est clairement établi que les prochaines heures ne devraient pas être de tout repos pour l'ancien ministre d'Etat.

Rixe entre militants libéraux et ceux de « Benno »

C'est un peu avant 17 heures que des jeunes, habillés de tee-shirts floqués d'inscriptions disant leur appartenance à la majorité présidentielle, sont arrivés, hier, aux alentours de la caserne Samba Diéry Diallo où patientaient depuis les premières heures de la matinée des responsables et militants du Pds venus manifester leur soutien à Karim Wade.

Il y a eu plus de peur que de mal car les échauffourées n'ont pas duré. La gendarmerie n'a même pas eu à intervenir. Les militants de « Benno », la majorité présidentielle, entendaient faire savoir aux soutiens de Karim Wade que « force devait rester à la loi » et qu'il devait s'expliquer devant la justice. De leur côté, les libéraux, ont pris cette initiative comme « une provocation ».

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.