Midi Madagasikara (Antananarivo)

Madagascar: Andry Rajoelina - De revirement en revirement !

Photo: http//:lexpress.mu
(Photo d'archives) Le président Andry Rajoelina

Le président de la Transition a répondu à Paris aux questions de RFI dans un français presque sans accent par rapport à celui sans complexe de Marc Ravalomanana, mais un parler de Monsieur Tout le Monde comparé aux mots recherchés de Didier Ratsiraka. Deux anciens Présidents qu'il a nommément cités au cours de son interview.

Si l'actuel locataire de fait d'Ambohitsorohitra a parlé de Marc Ravalomanana et de Didier Ratsiraka, c'est pour rappeler que le premier « avait renié sa parole et sa signature au détriment du peuple malgache », en ne respectant pas l'accord de Dakar qu'il avait conclu en 2002 avec le second. Histoire de dire qu'il ne croit pas tout simplement à la parole de celui dont le slogan électoral en 2002 était « Minoa fotsiny ihany ».

« Parole d'homme ». En fait, son jeune tombeur serait plus ou moins mal placé pour donner des leçons à « Ramose » car il avait lui-même renié sa signature apposée sans contrainte au bas de l'accord de Maputo en août 2009. Sans parler de la remise en cause du « retour sans conditions » de Marc Ravalomanana prévu par la Feuille de route qu'il avait promulguée sous forme de loi.

Il est également en passe de revenir sur sa « parole d'homme » du 12 mai 2010 de ne pas être candidat si son prédécesseur ne l'est pas non plus. Une déclaration que le journaliste de RFI n'a d'ailleurs pas manqué de rappeler à Andry Rajoelina qui a répondu qu' « en politique, c'est toujours en mouvement, ce n'est pas du tout statique mais ça évolue selon le temps ».

Amnésie. Il a aussi prononcé le nom de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade qui avait joué à l'époque, le rôle de médiateur entre les deux protagonistes de la crise post-électorale de 2002. Mais il a omis de remémorer que c'est son actuel mentor Norbert Ratsirahonana qui était à l'époque de Dakar I et II, le conseiller de Marc Ravalomanana.

Une amnésie sélective et non moins collective du côté d'Ambohitsorohitra car Nirhy Andriamahazo et Augustin Andriamananoro étaient les premiers à en présenter les symptômes lors de leur dernière intervention sur le plateau de TVM où ils ont fait part de leur scepticisme par rapport à la déclaration de Dar es Salam de Marc Ravalomanana de ne pas être candidat. Avec le recul, force est de se demander qui a conseillé qui d'avancer pareil argument qui ne tient pas la (feuille de) route.

Décision. Dans son interview, Andry Rajoelina qui va décidément de revirement en revirement, revient aussi sur ses deux récentes déclarations relatives à l'annonce de sa candidature ou pas. A Antsonjombe, il avait dit que ce sera pour bientôt avant de préciser par la suite à Andohatapenaka que ce sera d'ici la fin de l'année. Pressé à Paris par le journaliste de RFI quant au « moment voulu », il a répondu que « cela ne va pas tarder étant donné que le dernier jour de dépôt de candidature est le 8 mars.

C'est à ce moment-là que nous allons prendre une décision, peut-être avant ». Une décision qu'il affirme pourtant déjà connaître. En fait, c'est aussi et surtout à la date du 08 mars 2013 au plus tard qu'il sera tenu de démissionner de ses fonctions s'il se porte candidat. En attendant, le président de la Transition peut toujours user et abuser des prérogatives de puissance publique en faisant campagne avant la lettre aux frais de la Princesse.

Etats-Unis - Iran. Même s'il fait durer le suspense pour pouvoir profiter jusqu'au bout de la situation, tout porte à croire que Andry Rajoelina se portera candidat. Au risque pour le pays d'être mis au ban de la communauté internationale. « Il y a beaucoup de pays dans le monde qui décident de ne pas travailler avec tel ou tel pays.

Par exemple, il y a l'Iran : les Etats-Unis ne vont jamais travailler avec l'Iran même si le président de l'Iran a été élu au suffrage universel par son peuple. Donc ça appartient aux Etats de décider de travailler ou pas avec Madagascar ou avec le président ». Il n'a sans doute pas choisi par hasard l'exemple des Etats-Unis qui n'ont jamais reconnu son régime issu du coup de force de 2009.

Question piège. Reste à savoir si Andry Rajoelina s'identifie pour autant à Mahmoud Ahmadinejad. La question n'a pas été posée par le journaliste de RFI qui l'a quelque peu piégé en lui demandant « Quand Laurent Fabius vous dit que vous êtes très jeune, que vous pouvez passer votre tour en 2013 et vous présenter en 2018. Que répondez-vous ? »

Au lieu de dire que ce serait indélicat de sa part de rendre public un entretien à huis clos, Andry Rajoelina de répondre avec une note de sincérité et une pointe de naïveté : « Je dis que cela demande une réflexion assez profonde. Je n'ai pas de réponse à donner à cela immédiatement ».

Ads by Google

Copyright © 2012 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Le flou règne toujours autour de la candidature de Rajoelina

(Photo d'archives) Le président Andry Rajoelina

Avant son départ en Tanzanie où il devait rencontrer le président Kikwete pour trouver une issue à la crise malgache, Rajoelina martelait que ce n'est pas à la communauté ... Read more »