Nigeria: Double attentat-suicide à Kano imputé à Boko Haram

Ce samedi 22 décembre à Kano, dans le Nord, une double attaque suicide a frappé des locaux de MTN et de Airtel, deux des principaux opérateurs téléphoniques du pays. L'attaque n'a pas été revendiquée, mais tous les regards se tournent à nouveau vers l'organisation terroriste Boko Haram.

RFI a pu joindre un employé des télécoms, qui se trouvait sur place au moment des faits. Il décrit ce qu'il a vu et fait part de son inquiétude.

Musbau Alhatu

Employé des télécoms

J'ai entendu une énorme explosion. Puis j'ai vu une fumée géante qui montait vers le ciel. C'était très puissant. Les gens étaient effrayés, ils couraient partout. Je n'ai jamais vu ça de ma vie. Il y a eu deux explosions. La première a eu lieu près du siège d'Airtel. L'autre, pas loin d'ici, contre les locaux de la société MTN. Ce sont ces deux sociétés de télécommunications qui ont été visées. Les gens ont peur, et moi-même j'ai peur, car je travaille sur les réseaux téléphoniques.

Pour Marc-Antoine Pérouse de Montclos, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et spécialiste du Nigeria, cela ne fait guère de doute : ces attentats ont bien été perpétrés par l'organisation islamiste Boko Haram.

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Chercheur à l'IRD

Ces attaques portent clairement la signature de Boko Haram, contrairement à l'enlèvement du Français qui a eu lieu il y a quelques jours dans la région de Katsina. Plusieurs raisons à cette signature : d'abord le fait que Boko Haram s'en est déjà pris à la ville de Kano à plusieurs reprises (...). D'autre part les cibles, les réseaux téléphoniques, puisque Boko Haram a déjà attaqué des réseaux téléphoniques et des centres de transmission (...). Troisième raison : le mode opératoire, l'attaque suicide.

Pour le chercheur français, si Boko Haram s'en prend au secteur des télécommunications, il faut y voir un symbole, une punition pour des organisations jugées trop proches de l'adversaire de la nébuleuse. Sans toutefois minorer l'aspect tactique : cette attaque, selon lui, marque « une montée en grade, la sophistication d'une stratégie de confrontation directe avec l'Etat ».

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Chercheur à l'IRD

Boko Haram s'en prend aux opérateurs téléphoniques pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'ils visent à attaquer des organisations accusées de collaborer avec les forces de sécurité (...). Il y a aussi une raison très stratégique, (...) il s'agit de déstabiliser l'Etat nigérian et de toucher à ses centres vitaux, que sont la circulation de l'information, les moyens de communication.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.