L'Express de Madagascar (Antananarivo)

24 Décembre 2012

Madagascar: Présidentielles - Andry Rajoelina assis entre deux chaises

Pour la deuxième fois, Andry Rajoelina a reporté sa déclaration sur son éventuelle candidature à la présidentielle. Un signe de difficulté dans la prise de décision, selon l'opposition.

Le président de la Transition, Andry Rajoelina continue à entretenir le suspense. De retour au pays après avoir rencontré avec des autorités françaises et de la Francophonie à Paris, il a reculé sa déclaration de candidature ou d'abstention à la course à la magistrature suprême finalement en janvier.

Auparavant, il avait avancé qu'il se prononcerait avant la fin de l'année. Sa décision est attendue depuis l'inauguration du Coliseum de Madagascar à Antsonjombe, le 11 décembre.

Contrairement à ce qu'il a affirmé, en réponse à la proposition avancée par le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius de se retirer de la prochaine présidentielle, le numéro Un du régime transitoire a voulu rassurer l'opinion en indiquant qu'il n'y a plus de grande réflexion à faire, bien que, selon ses explications, il lui reste à fixer le moment opportun pour faire sa déclaration.

« Nous ne devrions pas semer la confusion autour des propos du ministre français qui a remis en question certains points. Cela n'affecte pas la décision que j'ai déjà prise », a-t-il martelé samedi, en marge du concert évangélique organisé au Coliseum de Madagascar.

Andry Rajoelina a ainsi évoqué la célébration de la fête chrétienne de la Nativité pour appeler à la trêve politique. Une manière de justifier le report de sa déclaration. « À partir du mois de janvier, nous devrons tourner la page et nous verrons la voie dans laquelle la nation devra passer », a-t-il soutenu à la même occasion.

Décision personnelle

Dans le camp des partisans d'Andry Rajoelina, le secrétaire général de la présidence de la Transition, Haja André Resampa, aperçu aussi à Antsonjombe samedi, a montré sa patience en attendant ce que son patron va proclamer. D'après lui, il s'agira d'une décision personnelle sans aucune influence de son entourage. « En revanche, nous devrons nous soumettre à sa décision », a-t-il affirmé pour exprimer sa fidélité à son chef de file.

Au contraire, Mamy Rakotoarivelo, chef de délégation de la mouvance Ravalomanana, a manifesté son incompréhension devant l'attitude d'Andry Rajoelina qui, d'après lui, n'a pas tenu sa parole. Il a ajouté qu'avec un tel comportement, le président de la Transition risque de se livrer à l'unilatéralisme. « La communauté internationale n'acceptera jamais cela », a-t-il mentionné avec conviction, hier au téléphone.

Le président du Congrès de la Transition a confié que Marc Ravalomanana est « en train de remplir son contrat » en mettant au clair sa position de ne pas se porter candidat aux élections. Et d'indiquer que le retour de l'ancien président de la République avant le 8 mai n'est plus discutable. « Toutefois, Andry Rajoelina ne devrait pas attendre le dernier moment pour se prononcer puisque sa décision pourrait engendrer une nouvelle donne. Qu'il y ait un minimum de respect tant envers le peuple qu'envers les politiciens », a-t-il lancé.

De sources diplomatiques, la non-candidature d'Andry Rajoelina à la prochaine échéance électorale est très attendue par la communauté internationale. Pour celle-ci, elle s'analysera comme une concrétisation de la recommandation « Ni...ni... » de la Communauté de développement d'Afrique australe. Dans cette vision, la proposition du chef de la diplomatie française afin qu'Andry Rajoelina laisse passer la présidentielle de 2013, n'est pas fortuite.

Ads by Google

Copyright © 2012 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.