25 Décembre 2012

Egypte: La nouvelle constitution approuvée par près de 64% des votants

Les résultats du référendum en Egypte sont tombés en début de soirée ce mardi 25 décembre. La nouvelle Constitution est approuvée par 63,8% des votants. Un résultat conforme aux chiffres annoncés dès ce week-end par des responsables des Frères musulmans. Seuls 33% des Egyptiens inscrits se sont exprimés dans les urnes. A peine annoncés, ces résultats provoquent déjà de vives réactions.

Le « oui » vient de l'emporter avec 63,8% des voix. Mais sur les 51 millions d'électeurs appelés aux urnes, seuls 17 millions ont voté. Dix millions ont coché le « oui » sur leur bulletin, le reste ont dit « non ». « Il n'y a pas de vaincu dans le résultat de ce référendum, a affirmé le Premier ministre Hicham Qandil. Cette Constitution sera celle de tous ».

Le président de la commission électorale, Samir Aboul Maati, a expliqué avoir rejeté tous les recours, mais également avoir invalidé un certain nombre de résultats qui étaient entachés de fraudes. Ces résultats peuvent être interprétés de différentes manières, mais ils devraient contribuer à apaiser la situation. On est en effet loin des 75% annoncés par les Frères musulmans.

Cependant, dès l'annonce des résultats, de vives réactions ont éclaté dans les rues du Caire. Le viaduc du 6-Octobre, qui traverse la capitale d'est en ouest, a ainsi été occupé par des manifestants qui y ont brûlé des pneus.

De nombreuses ONG qui avaient observé les élections contestent également ces résultats. Elles avaient déposé pendant le scrutin des plaintes pour de nombreuses irrégularités. Elles dénonçaient notamment l'absence de comparaison entre le nombre de voix dans les urnes et celui des votants, le fait que des morts avaient voté et que des personnes avaient été empêchées d'accéder aux bureaux électoraux.

Dénonçant par ailleurs le manque de transparence, ces ONG affirment qu'elles vont agir par tous les moyens légaux pour invalider en justice le référendum qui, selon elles, a permis d'adopter une Constitution anti-constitutionnelle. Une critique également formulée par l'opposition qui juge que le texte porte atteinte à certaines libertés fondamentales, ne représente pas la diversité de l'Egypte et ouvre la voie à une islamisation plus poussée de la législation.

Cette victoire du « oui » conforte en tout cas les partisans du président Mohamed Morsi et son projet de Constitution. Celle-ci doit désormais être adoptée dans la foulée, au plus tard la semaine prochaine. L'Egypte passera ensuite à la phase suivante, celle des élections législatives. Mohamed Morsi doit convoquer ce nouveau scrutin dans les deux prochains mois.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.