Magharebia (Washington DC)

24 Décembre 2012

Tunisie: Le pays fait échouer un projet d'Al-Qaida

Tunis — Un projet destiné à créer une branche tunisienne d'al-Qaida vient d'être mis à jour à la frontière algérienne.

La Tunisie a fait échouer une tentative de la part d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) de créer une cellule terroriste dans les régions occidentales de Kasserine et de Jendouba, a annoncé le ministre de l'Intérieur Ali Larayedh vendredi 21 décembre.

"Nous avons découvert un groupe terroriste lié à al-Qaida au Maghreb islamique dans un camp d'entraînement dirigé par trois Algériens proches du leader d'AQMI Abou Moussaab Abdelouadoud" (alias Abdelmalek Droukdel), a indiqué Larayedh.

Seize membres présumés de cette cellule ont été placés en détention le 13 décembre, selon le ministre.

Cette cellule d'AQMI est également accusée d'avoir orchestré l'assassinat le 10 décembre d'un responsable de la Garde nationale tunisienne dans la province de Kasserine. Anis Jlassi, âgé de 27 ans, avait été tué lors d'échanges de coups de feu avec des militants.

Selon le ministre de l'Intérieur, les suspects de ce réseau terroriste envisageaient de mener des actes de sabotage en Tunisie. Il a ajouté que les terroristes arrêtés au cours des deux dernières semaines appartiennent à la katibat Uqba Ibn Nafi, affiliée à AQMI.

Larayedh a expliqué qu'al-Qaida envisageait de créer un camp à la frontière tunisienne et de mettre en place une organisation associée à al-Qaida. Son objectif était de lancer des actions subversives sous la bannière du djihad.

Il a souligné qu'al-Qaida tentait également d'attirer les jeunes qui embrassent son idéologie extrémiste. Le réseau terroriste tente également de former militairement et idéologiquement ces jeunes recrues, avant de les envoyer dans les camps en Libye et en Algérie pour y poursuivre leur formation.

Larayedh a expliqué que le site de ce camp d'entraînement avait été choisi pour éviter d'être repéré.

Le ministre de l'Intérieur a précisé que la police avait retrouvé du TNT, des armes, d'importantes quantités de munitions, des cartes militaires, des jumelles, des documents codés et des uniformes.

Huit membres de la cellule avaient été arrêtés en début de mois à Jendouba lors d'une opération lancée peu de temps après les affrontements à Kasserine. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur Khaled Tarrouche avait alors déclaré que des suspects avaient été arrêtés près de Fernana, où les responsables de la sécurité avaient mis la main sur des détonateurs et des explosifs.

Mais d'autres membres de cette cellule terroriste avaient réussi à s'enfuir et étaient partis se cacher dans les montagnes du Djebel Chambi, les plus hauts sommets de Tunisie. Larayedh a expliqué que les opérations de la Garde nationale, des forces de sécurité et de l'armée se poursuivaient pour tenter de retrouver ceux qui se cachent dans ces montagnes, ajoutant qu'il espérait que cette opération ne devrait pas durer longtemps.

Le ministre a confirmé que ces hommes disposaient de Kalashnikov provenant de Libye et d'Algérie. Larayedh a également indiqué que certains détenus avaient été vus lors de manifestations et d'actions de protestation, ainsi que dans des camps mis en place par Ansar al- Sharia, la faction salafiste djihadiste la plus extrémiste en Tunisie.

"Nous ne disposons cependant encore d'aucune preuve montrant des liens organisationnels entre ce groupe et Ansar al-Sharia", a précisé Larayedh. Dans ce contexte, le ministre de l'Intérieur a appelé les parents à bien surveiller leurs enfants, afin qu'ils ne puissent être tentés par des aventures "sans réel objectif ni visée, que ce soit dans ce monde ou dans l'au-delà".

Il a ajouté que certains jeunes étaient tentés de répondre à ces appels dangereux, laissant entendre que la Tunisie était une terre de prédication ou de djihad.

"Ce sont des appels déviants basés sur une mauvaise compréhension, sans fondement aucun dans la religion ou dans la raison", a ajouté le ministre, soulignant que la Tunisie est une terre de science et de technologie, où les objectifs de liberté et de justice seront réalisés.

Larayedh a conclu sa conférence de presse de vendredi par un message destiné à rassurer le peuple tunisien, affirmant que "ce qu'al-Qaida tente de fonder en Tunisie n'a aucun avenir ; nous les rejetons et refusons leurs buts et leur approche."

"Nos forces militaires et de sécurité sont sur le pied de guerre pour démanteler tout groupe ayant recours à la violence comme méthode d'action", a-t-il conclu.

Ads by Google

Copyright © 2012 Magharebia. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.