Le Potentiel (Kinshasa)

28 Décembre 2012

Congo-Kinshasa: Lambert Mende dément tout soutien des troupes congolaises à l'armée régulière centrafricaine

La polémique continue sur la présence des soldats de la République démocratique du Congo à Bangui, capitale de la République Centrafricaine. Alors que les rebelles centrafricains confirment cette présence, à Kinshasa, le gouvernement congolais a, par la voie de son porte-parole, démenti tout soutien au régime en débandade de Bozizé, rappelant que les troupes régulières de la RDC se trouvent depuis près de trois ans en Centrafrique dans le cadre de la Force multinationale d'Afrique centrale (FOMAC).

Le ministre des Médias, Relations avec le Parlement et Initiation à la nouvelle citoyenneté, porte-parole du gouvernement, a démenti l'appui des troupes congolaises à l'armée régulière centrafricaine qui fait face à une rébellion. La présence des troupes de la RDC en République Centrafricaine n'a pas de lien avec le conflit dans ce pays, a indiqué jeudi le ministre congolais des Médias et le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, cité par l'Agence Chine nouvelle.

Le ministre Mende a fait cette déclaration en réaction aux accusations de la rébellion centrafricaine selon laquelle la RDC aurait envoyé des troupes en République Centrafricaine pour soutenir le régime du président François Bozizé. « Les troupes congolaises sont à Bangui depuis près de trois ans dans le cadre de la Force multinationale d'Afrique centrale (FOMAC) », a rappelé le ministre Mende. La FOMAC compte en effet 500 hommes en Centrafrique, essentiellement pour sécuriser Bangui. Ces troupes sont composées de militaires venant du Tchad, du Gabon et de République démocratique du Congo (RDC).

Il a ajouté que la RDC subit déjà les conséquences de la crise centrafricaine en accueillant près de 4 000 réfugiés centrafricains, à Zongo, dans le district du Sud- Ubangi, province de l'Equateur.

Jeudi dernier, les rebelles centrafricains de la coalition Séléka ont affirmé que « 300 éléments de la garde présidentielle de République démocratique du Congo ont été dépêchés à Bangui, mercredi 26 décembre, via Zongo ». Les soldats congolais auraient été accueillis, rapportait Afrikarabia, par un bataillon d'infanterie amphibie et installés au camp Beya, le quartier général de l'armée centrafricaine. Les rebelles demandaient alors à la garde présidentielle congolaise de « rester neutre, de ne pas rentrer dans le conflit » et de « protéger la population des exactions de Bozizé ».

Information que Kinshasa a formellement démentie par la voix de Lambert Mende. Pour la coalition rebelle, il s'agit pourtant de renforts, envoyés mercredi par Kinshasa et non de troupes de la FOMAC, déjà présentes en Centrafrique.

En Centrafrique, sur le terrain militaire, la situation est restée figée. Hier vendredi, les troupes gouvernementales ont affronté la rébellion à Sibut, dans l'espoir de reprendre Bambari, aux mains de la coalition. La rébellion affirme avoir repoussé l'attaque des FACA (Forces armées centrafricaines) et avoir fait 13 prisonniers. 8 pick-up ont également été récupérés par la rébellion. Plus loin, les rebelles affirment avoir stoppé leur avancée « à moins de 30 km de la capitale ». Se confiant à Afrikarabia, un porte-parole de la Séléka a confié cependant que les troupes rebelles ne resteraient pas indéfiniment aux portes de Bangui « sans bouger ».

Un bref instant, une rumeur faisait état, à Bangui, de la fuite de François Bozizé à Kigali. Le Rwanda a aussitôt démenti l'information, indique la même source.

La coalition rebelle du Séléka, qui a pris les armes le 10 décembre, réclame « le respect » d'accords de paix conclus entre 2007 et 2011, auquel le pouvoir centrafricain ne s'est pas plié, selon elle. En deux semaines, elle s'est emparée des villes stratégiques, s'approchant de Bangui.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.