Centrafrique: La rébellion de la Seleka n'exclut plus de rentrer dans Bangui

Photo: wikipedia
François Bozizé, Président de la Centrafrique

Alors que le président de l'Union africaine, le Béninois Thomas Yayi Boni arrive à Bangui, les rebelles de la Seleka qui viennent d'investir Sibut au Nord, n'excluent plus de rentrer dans la capitale du Centrafrique. De son côté, Le gouvernement dénonce le double langage des rebelles. Ainsi, le ministre de l'Administration du territoire Josué Binoua, soutient que la rébellion invente des prétextes pour poursuivre ses offensives. Un nouveau renfort de 180 militaires français vient d'arriver sur place.

La capitale de la République centrafricaine, Bangui, est sous tension alors que les responsables de la rébellion Seleka font état de raids ce matin de la garde présidentielle dans des quartiers de la capitale où sont logées des familles de rebelles. Le porte-parole de la Seleka affirme que des enfants ont été molestés, des personnes âgées torturées, Eric Massi dénonce par ailleurs des distributions de fusils-mitrailleurs à des jeunes membres de comité de vigilance à Bangui.

Le gouvernement a démenti ces accusations des rebelles, qui se sont engagés à observer une trêve aujourd'hui le temps de la visite à Bangui, du président en exercice de l'Union africaine, Thomas Boni Yayi. Son avion a décollé de Cotonou, il vient de se poser à Bangui en ce début d'après-midi. Les rebelles souhaitent que la question du départ du président François Bozizé soit évoquée ce dimanche 30 décembre. Ils n'excluent plus désormais de marcher sur Bangui.

Le gouvernement, de son côté dénonce un double langage des rebelles. Le ministre de l'Administration du territoire Josué Binoua, soutient que la rébellion invente des prétextes pour poursuivre ses offensives. Il estime que les rebelles ont manqué à leurs engagements et espère que l'Union africaine saura en tirer les conséquences aujourd'hui. La tâche de Boni Yayi semble particulièrement délicate dans ce contexte, tant les positions des parties au conflit semblent inconciliables. Le gouvernement estime qu'il est « irresponsable et indigne » d'évoquer le départ de François Bozizé.

Sur le terrain militaire quelle est la situation ?

Les rebelles sont positionnés à Sibut, à 160 kilomètres au nord de Bangui. La force multinationale d'Afrique centrale, la Fomac et les troupes gouvernementales sont repliées sur le même axe routier à Damara, à soixante-cinq kilomètres de la capitale. Damara est le dernier verrou stratégique sur la route de Bangui. Le commandant de la Fomac, le général Jean-Félix Agaka, a déclaré que ses forces ne reculeraient plus, et qu'elles répliqueraient à toute offensive rebelle. La rébellion Seleka s'est engagée de son côté à observer une trêve ce 30 décembre mais la situation est très évolutive en République centrafricaine.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

RCA - Le président Bozizé dos au mur

François Bozizé, Président de la Centrafrique

La pression aura été trop forte pour le président centrafricain à la tête d'un pays désormais contrôlé en majorité par les rebelles de la Seleka. Trois semaines ... Read more »