30 Décembre 2012

Zimbabwe: Le «gardien» des droits de l'homme jette l'éponge

Le président de la commission des droits de l'homme au Zimbabwe, le professeur Reg Austin, a démissionné de son poste, évoquant des lois contraignantes et un manque de moyens. La commission a été créée en 2009 afin d'endiguer les violations des droits de l'homme dans le cadre de réformes censées garantir des élections justes et pacifiques.

Le professeur Reg Austin, cité par le journal zimbabwéen The Herald, a des mots bien durs pour décrire la naissance de la commission zimbabwéenne des droits de l'homme : « C'est comme un bébé dont les parents n'auraient pas préparé l'arrivée. Il n'y a ni chambre, ni berceau, ni couverture, ni petit pot.

Pour nous, cela veut dire qu'il n'y a ni budget, ni locaux, ni équipes. De plus, les termes légaux encadrant le groupe ne lui permettaient pas d'exercer de manière indépendante. » C'est donc pour protester contre ces conditions de travail qu'il a informé le président Robert Mugabe de sa démission il y a déjà deux semaines, indique le journal.

Dès sa création en 2009, la commission avait été critiquée puisque son mandat lui interdisait de se pencher sur les événements antérieurs, notamment les violences qui avaient entaché les élections présidentielles de 2008.

La démission de son président est un geste d'autant plus fort que le pays se prépare à des élections et un référendum constitutionnel qui pourrait avoir lieu dans quelques mois.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.