31 Décembre 2012

Centrafrique: Le président Bozizé dos au mur

Photo: wikipedia
François Bozizé, Président de la Centrafrique

La pression aura été trop forte pour le président centrafricain à la tête d'un pays désormais contrôlé en majorité par les rebelles de la Seleka. Trois semaines d'offensives, la visite du président de l'Union africaine et voilà François Bozizé contraint d'accepter un dialogue sans conditions. Il appelle désormais à la fin des combats.

Centrafrique : pour qui roule la Seleka?

Le président Bozizé a vraiment sorti tous ses atouts, toutes ses cartes dimanche. Il est prêt à aller à Libreville « à n'importe quel moment », a-t-il précisé. Il est prêt aussi à un dialogue inclusif, y compris avec les membres de la Seleka qu'il a invités à la table des négociations, pour pouvoir arriver à confectionner un gouvernement d'union nationale. Il a également insisté sur le fait qu'il ne se représenterait pas à l'issue de son deuxième mandat en 2016, conformément à la Constitution centrafricaine.

Pourquoi le président Bozizé est-il acculé par l'arrivée des rebelles ? En trois semaines, ces derniers ont avancé jusqu'à Sibut, une ville située à 160 km de la capitale. Et si ces rebelles sont rentrés dans les zones que l'armée loyaliste avait évacuées, autrement dit pratiquement sans combats, il n'empêche que le rapport de force sur le terrain n'apparaît pas en faveur du président. Pas plus tard qu'hier, les rebelles de la Seleka menaçaient de rentrer sur Bangui si leurs revendications n'étaient pas exhaussées.

Prudence et inquiétude

Chez les Centrafricains, prédomine tout à la fois un sentiment de soulagement, prudence, inquiétude. L'opposition démocratique, pour ne citer qu'elle, salue la volonté d'apaisement du président tout en précisant qu'il fallait maintenant que les actes suivent et que les questions de fond sur le plan sécuritaire, économique soient abordées. Beaucoup estiment que le président a fait des promesses le dos au mur et attendent de voir se concrétiser ces promesses.

A Bangui cependant, c'est l'inquiétude qui prime, même si la journée d'hier a ranimé un peu l'espoir d'une sortie de crise politique.

Enfin, le président centrafricain a aussi demandé à rencontrer son homologue français. François Hollande n'a pas répondu. François Bozizé appelle à la fin des hostilités et réclame la sécurité pour les ressortissants étrangers. L'armée française accentue son déploiement en reforçant ses rangs.

Ads by Google

Copyright © 2012 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.