L'Observateur Paalga (Ouagadougou)

Centrafrique: Damara, dernier rempart de Bozizé

Photo: Henry Mukasa/New Vision
(Photo d'archives) La force multinationale d'Afrique centrale se renforce en Centrafrique avec l'arrivée de militaires camerounais, congolais et autres nationalités de la région

Trois semaines seulement après le début de leur offensive, les rebelles de la Séléka campent pour ainsi dire, aux portes de Bangui. Depuis la prise, ce samedi, de la ville de Sibut à 160 km de ses faubourgs, la capitale centrafricaine voit se resserrer autour d'elle un étau que personne au plus haut sommet de l'Etat n'avait pu anticiper.

Volant de victoire en victoire, les hommes d'Eric Massi sont désormais en mesure de dicter leur loi à une république qui, il y a encore peu de temps, ne faisait pas grand cas d'eux.Il ne leur reste plus qu'à faire sauter l'ultime verrou de Damara, où sont désormais positionnées forces régulières et contingent tchadien, réduits par la force des choses au simple rôle de spectateurs impuissants.

«Aujourd'hui, a affirmé un Eric Massi fort de ses récentes victoires, la ville de Damara est à notre portée. Nous avons appris la visite du président Yayi Boni et nous avons décidé de permettre à l'Union africaine de trouver avec le président François Bozizé une sortie par le haut qui soit digne d'un président de la République en exercice».

Acculé dans un territoire qui se réduit comme peau de chagrin et ne sachant plus à quel saint se vouer, voilà que le chef d'Etat en sursis n'a même plus, à en croire son adversaire, voix au chapitre, lui dont le départ ne sera négocié qu'avec l'émissaire de l'Union africaine.

L'heure semble donc être au dialogue entre un camp Massi en position de force et un régime Bozizé aux abois. On imagine dès lors que c'est avec un soulagement teinté d'espoir que l'ancien homme fort de Bangui a accueilli dimanche son homologue béninois, parti jouer au négociateur.

Mais encore faudra-t-il que face à lui les rebelles soient encore disposés à transiger alors que, sur le terrain, le rapport de force est clairement en leur faveur; cela, d'autant que dimanche, pour la première fois depuis leur dernière victoire, les croquants du moment n'excluaient pas la prise pure et simple de la capitale.

Ce serait compter sans la détermination affichée des Etats d'Afrique centrale, dont la force de pacification régionale en Centrafrique est en alerte maximale à Damara, transformée en véritable ligne de démarcation.

Pas de trêve des confiseurs ni de cotillons en perspective à Bangui, où le réveillon, s'il a bien lieu, sera sous très haute tension... A moins que d'ici là, Yayi Boni réussisse le tour de force d'engager les négociations entre les deux camps, cette fois sous l'égide de l'Union africaine.

Ads by Google

Copyright © 2012 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Vers des négociations entre Bangui et la coalition Séléka en RCA

(Photo d'archives) La force multinationale d'Afrique centrale se renforce en Centrafrique avec l'arrivée de militaires camerounais, congolais et autres nationalités de la région

Un temps de répit pour les Centrafricains. Une trêve est observée le temps d'établir des négociations qui risquent d'être houleuses avec les rebelles qui réclament le ... Read more »