Le Soleil (Dakar)

Sénégal: Festivités de fin d'année - Baaba Maal magnifie l'apport culturel du Fanal de Saint-Louis

Parrain de la 14e édition du Fanal de Saint-Louis, le chanteur Baaba Maal a estimé que cet événement est un tremplin pour démontrer la diversité culturelle africaine, mais aussi un acquis culturel et un moyen de communication qui pourrait permettre à la jeunesse sénégalaise et africaine de connaître son histoire.

Ancienne coutume des grandes familles de Saint-Louis, qui allaient à la messe de Noël accompagnées d'esclaves porteurs de lanternes, le Fanal, célébré hier, a eu un parrain de renommée, en l'occurrence Baaba Maal. Le chanteur s'est félicité du choix porté sur sa personne et a encouragé Marie Madeleine Diallo, initiatrice de l'événement, à continuer sur sa belle lancée pour permettre à Saint-Louis de préserver ses valeurs à travers cette belle fête, qui permet de revisiter le riche et inoubliable passé de Saint-Louis. Baaba Maal a dit avoir accepté ce parrainage parce que Saint-Louis est l'une des rares villes d'Afrique qui peut se targuer de présenter un événement comme le fanal qui un legs de son passé, mais aussi un grand prestige. L'autre raison, selon l'artiste, résulte du fait que Saint-Louis a été, pour lui, un tremplin pour commencer sa carrière. « C'est à Saint-Louis que j'ai pris goût à la musique, où j'ai commencé à m'exprimer devant un public alors que j'étais élève au lycée Charles de Gaulle », a dit Baaba Maal, tout en se félicitant de l'ampleur prise par le Fanal, aujourd'hui inscrit dans l'agenda culturel de Saint-Louis.

Selon lui, « le fanal est un acquis culturel, un événement où l'on chante les louanges, des arbres généalogiques, et qui permet de rapprocher des personnes, de sceller les liens de solidarité, de parenté avec des gens qui ne se connaissaient pas ». Pour l'artiste, le fanal est aussi tremplin pour démontrer la diversité culturelle africaine, un moyen de communication qui pourrait permettre à la jeunesse africaine de connaître son histoire. A travers ce parrainage, Baaba Maal voit ainsi naître une source de collaboration entre deux entités culturelles assez représentatives. Et il n'exclut pas d'inviter, aux prochaines éditions du festival « Blues du fleuve », Marie Madeleine Diallo et son fanal pour le faire découvrir aux populations de Podor. Ou même de délocaliser le festival et l'organiser à Saint-Louis. Marie Madeleine Diallo a, pour sa part, salué la souplesse, la délicatesse et la générosité du parrain qui a bien voulu répondre présent à son invitation pour cette 14e édition.

Ads by Google

Copyright © 2012 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.