Le Potentiel (Kinshasa)

2 Janvier 2013

Congo-Kinshasa: Joseph kabila promet un cadre d'« échanges dès le début de 2013

Le président Joseph Kabila a promis lundi 31 décembre 2012 à Kinshasa l'organisation d'« un cadre pour les échanges entre toutes les forces vives de la nation dès le début de l'année 2013 », dans son message de Nouvel An.

« Face à l'épreuve de la guerre, la cohésion nationale a été et demeure la condition de notre survie, le bouclier le plus sûr contre toute velléité de balkanisation et de destruction. La guerre dans laquelle nous sommes entraînés doit être une occasion pour nous unir davantage. Quelles que soient nos ambitions en tant que nation, aucun résultat positif n'est possible dans la division », a-t-il déclaré.

Pour le chef de l'Etat congolais, « cette cohésion postule un patriotisme qui ne s'accommode d'aucune justification de trahison, un patriotisme qui bannit les divisions et mobilise sans compter pour un Congo à jamais indépendant et indivisible, toujours plus fort et plus prospère ».

Il a assuré que « la diversité de nos tribus, de nos croyances religieuses ou philosophiques et de nos opinions politiques constituent une richesse inestimable pour notre pays ».

« Année d'espoir et de succès»

Après l'année « de défi et de dures épreuves » qu'a été 2012, le président Joseph Kabila a souhaité que « 2013 puisse être une année d'espoir et de succès, une année au cours de laquelle nous pourrons mettre hors d'état de nuire les forces négatives dans notre pays et consacrer à nouveau tous nos efforts à la reconstruction nationale ».

« La RDC ne pourra se garantir une paix durable que si elle se dote d'une armée dont la puissance inspire le respect et rend périlleuse toute agression. C'est à nous qu'il incombe de pourvoir ainsi à la défense de notre pays. Demandons à nos jeunes de s'engager nombreux sous le drapeau pour la défense de la patrie », a-t-il souligné.

FARDC : 10 ans de tentatives de restructuration

L'appel lancé aux « jeunes à s'engager nombreux sous le drapeau pour la défense de la patrie » relance la question de la reforme et de la restructuration des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), dont les tentatives remontent à la fin de la guerre en 2002 entre le pouvoir installé à Kinshasa, d'une part, et les mouvements rebelles (MLC, RCD/Goma, RCD/N, RCD/K-ML) et les entités armées (Maï-Maï, notamment), d'autre part.

« L'impuissance des FARDC le 20 novembre 2012 à Goma face aux rebelles du M23 illustre l'état critique dans lequel l'armée régulière congolaise se trouve depuis plusieurs années. Formés par fusion de mouvements de guérilla comme le RCD ou le MLC avec les restes des Forces armées zaïroises, les FARDC ont dû intégrer au fil des ans des combattants peu expérimentés voire parfois de simples miliciens », rappellent des analystes.

Ils relèvent qu'« à l'Est de la RDC, les opérations de mixage en mars 2007 à Kimoka et Sake au Masisi (Nord-Kivu) - en lieu et place du brassage convenu dans l'Accord global et inclusif issu du Dialogue inter-congolais organisé en 2002 dans la ville sud-africaine de Sun City - font qu'aujourd'hui un tiers des officiers est issu de l'ancienne rébellion du CNDP du général Laurent Nkunda et un autre tiers de diverses milices villageoises Maï-Maï ».

Ayant constaté les dérives de ce processus ayant regroupé plus de 13.000 hommes de troupes répartis au sein de cinq brigades mixées, le gouvernement avait exprimé en mai 2011 son intention de « ne plus adhérer à la poursuite du mixage des troupes au sein des FARDC », estimant que « trop de tentatives ont échoué dans ce sens ».

Outre l'Union européenne (à travers l'Eusec) et certains pays africains (Angola, Afrique du Sud), Bruxelles et Washington avaient décidé en mars 2009 de « travailler ensemble pour voir comment faire des progrès dans le secteur congolais de la sécurité, et notamment de l'armée », à l'issue des entretiens que le ministre belge Karel De Gucht avait eus avec la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton sur la République démocratique du Congo.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.