3 Janvier 2013

Centrafrique: François Bozizé fait le ménage dans la haute hiérarchie militaire

Photo: Henry Mukasa/New Vision
(Photo d'archives) La force multinationale d'Afrique centrale se renforce en Centrafrique avec l'arrivée de militaires camerounais, congolais et autres nationalités de la région

Un décret présidentiel lu à la radio nationale dans la soirée du mercredi 2 janvier 2013 indique que le président Bozizé a limogé son fils, Jean-Francis Bozizé, du ministère de la Défense pour reprendre lui-même en main l'armée. Le chef de l'état a aussi relevé de ses fonctions le «chef d'état-major» Guillaume Lapo. Le général de division Michel Bémakoussi est nommé directeur de cabinet de la Défense. Ces mesures interviennent alors qu'il y a deux jours, dans son discours de voeux du Nouvel an, le président Bozizé avait «regretté» le manque de discipline et l'échec des Forces armées centrafricaines devant la progression éclair de la rébellion qui a conquis en trois semaines la majeure partie du pays.

RCA : les pourparlers de Libreville s'annoncent difficiles

La rapidité avec laquelle les rebelles de la coalition Séléka ont pu progresser depuis leur prise de Ndélé, au Nord, le 10 décembre dernier a choqué de nombreux Centrafricains. Les unes après les autres, les localités sont tombées sans grande résistance. Parfois même les FACA, les Forces armées centrafricaines, avaient évacué avant l'arrivée des rebelles.

Dans ses voeux aux Centrafricains, le 31 décembre, François Bozizé avait critiqué de manière très ferme ces reculs successifs de l'armée. «Si elle était disciplinée et remplissait sa mission correctement, avait-t-il dit, nous n'allions pas en arriver à la situation actuelle.»

Le président avait également rendu l'armée en partie responsable de la souffrance de la population et estimé que sans l'intervention tchadienne, Bangui aurait déjà été prise d'assaut.

Les sanctions prises mercredi sont la conséquence logique de ce discours. «François Bozizé fait sauter un fusible très symbolique puisqu'il s'agit de son fils, explique un observateur de la Centrafrique. Cela lui permet, poursuit cette source, de montrer à la population qu'il a tenu compte des échecs passés, tout en se donnant les moyens de reconstruire une relation de confiance avec l'armée, puisque ce sont quelques responsables seulement qui sont mis en cause.»

Jean-Francis Bozizé n'a pas démérité

Josué Binua, ministre de l'Administration du territoire centrafricain, explique la décision de François Bozizé. Il met en avant son expérience pour diriger l'armée et dresse le bilan de l'action de Jean-Francis Bozizé à la tête du ministère de la Défense.

Josué Binoua: «Le président de la République est un général d'armée» ministre de l'Administration du territoire

... il a été lui-même ministre de la Défense nationale. Le temps est grave. Nous avons besoin de gens expérimentés pour pouvoir chercher des solutions durables. Je crois qu'il faut saluer tout le travail qui a été abattu par le ministre délégué à la Défense : la réforme du secteur de la sécurité qu'il a entamée depuis 2008 ; malheureusement les dieux des financements extérieurs n'ont pas été avec lui et la situation s'est aggravée avec les attaques de ces derniers jours des rebelles... C'est une question de responsabilité et non pas forcément une question d'incompétence.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.