Mali: Dans un communiqué, Ansar Dine met en doute la volonté de négocier de Bamako

Au Mali, le groupe armé islamiste Ansar Dine annonce suspendre l'arrêt des hostilités, dans un communiqué signé par son chef lui-même, Iyad Ag Ghaly, et diffusé par l'agence mauritanienne Sahara Média. Ansar Dine accuse le Mali de ne pas suffisamment jouer la carte du dialogue et des négociations.

Le communiqué est signé cheikh Abou Elfadel, l'autre nom, arabe, du chef touareg Iyad Ag Ghaly. Le texte revient d'abord sur les efforts réalisés ces derniers mois par la médiation burkinabé en faveur des négociations.

Ansar Dine salue ces efforts «inlassables» mais Iyad Ag Ghaly regrette ne pas percevoir «la moindre volonté sincère de paix et de négociation du côté de la partie malienne.» Ansar Eddine accuse Bamako de ne jurer que par la guerre et l'invective, de recruter massivement des mercenaires et de mobiliser sur des bases raciales des milliers de miliciens tout au long de la ligne de front.

La porte du dialogue reste cependant ouverte

Le chef du groupe islamiste estime donc ne pas avoir d'autre choix que de suspendre son offre d'arrêt des hostilités. Ansar Dine ne ferme pas pour autant la porte et dit rester ouvert à toute relance sérieuse du processus de dialogue.

Aucun responsable d'Ansar Dine n'était joignable jeudi 3 janvier au soir pour commenter ce communiqué qui, selon une bonne source, aurait été remis le 1er janvier au médiateur burkinabé, en même temps qu'une plateforme politique du mouvement.

Pour plusieurs connaisseurs de ce mouvement islamiste, ce communiqué ressemble plus à un moyen de pression sur Bamako qu'à une déclaration de guerre. Ansar Dine refuse toujours cependant de rompre avec son allié al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.