4 Janvier 2013

Cote d'Ivoire: L'autre visage de l'Etat ivoirien

Devant la défaillance de l'État ivoirien dans la gestion du drame qui a eu lieu à Abidjan lors de la nuit de la Saint-Sylvestre, des citoyens, grâce aux médias sociaux, se sont organisés pour venir en aide aux victimes.

1er Janvier 2013, la Côte d'Ivoire s'éveille du rêve féérique des fêtes de fin d'année pour tomber brutalement en plein cauchemar. 60 morts et au moins trois fois plus en terme de blessés à la suite d'une bousculade survenue au Plateau. Le centre des affaires abritait les feux d'artifices offerts par le district aux populations. Celles-ci ont répondu massivement à l'appel du beau sans savoir que la mort les attendait sur le chemin.

Le dispositif de sécurité sur place n'a pas été efficace

Très vite les organes étatiques habilités à réagir après de telles catastrophes montrent leurs lacunes. Le désir de bien faire est présent mais les blessés et leurs familles n'ont nullement besoin de voeux pieux. Les chiffres officiels changent régulièrement à la baisse alors qu'il est évident que dans les conditions relatées par des témoins, les dégâts ne peuvent être aussi minimes.

Mouvement de panique dans une ruelle sombre où gît un trou béant caché par quelques tôles adossées négligemment les unes aux autres. Des pompiers qui ont mis de longues minutes à rejoindre les lieux. Le dispositif de sécurité sur place n'a pas été efficace.

Passée l'indignation et les critiques, les internautes prennent le relais. Mohamed et Mariam Diaby d'abord au four et au moulin sont très vite rejoints par des volontaires décidés à apporter leur part de soulagement aux familles. Entre autres, Cyriac Gbogou, Manassé Déhé, Fernand Dédé, Israel Yoroba, Edith Brou, Modeste Lalié... Parmi eux, certains sont déjà connus dans la blogosphère ivoirienne pour leurs actions avec #civsocial pendant la crise post-électorale. Ils démontrent à nouveau leur engagement pour leurs concitoyens.

L'État c'est aussi nous

Mise en place d'une ligne parallèle pour aider les parents quand les numéros officiels diffusés à la télévision étaient défaillants, création de visuels par les infographistes, mise en ligne du site assistance225 pour centraliser les informations, installation de représentants dans chaque CHU pour avoir des informations pertinentes, collecte spontanée de vivres pour soutenir les familles et les blessés, prise de contact avec des radios de proximité pour diffuser la liste des blessés.

Cette dernière action est d'autant plus salutaire que certains participants aux festivités n'ayant informé personne de leur destination, ne sont pas recherchés par leurs familles. Les cas pendant à ce jour sont ceux des disparus et ceux des 26 blessés venus s'ajouter aux 49 annoncés à la télévision et couverts par la prise en charge présidentielle.

Des familles étant reparties avec leurs blessés à la maison, on a bien peur que le bilan s'alourdisse au niveau des CHU et que la faible réactivité de l'État ne porte préjudice aux victimes. En attendant, comme l'État c'est aussi nous, nous continuons nos actions solidaires...

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio Netherlands Worldwide. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.