L'Express de Madagascar (Antananarivo)

Madagascar: La qualité de l'enseignement mise à l'index

La loi de finance 2013 ne présage rien de bon. Le sureffectif des élèves dans une salle de classe pourrait s'intensifier, faute d'investissement.

Malgré la stabilité du budget alloué par l'État au ministère de l'Éducation nationale, cette année, Pascal Rabetahiana, secrétaire général de ce ministère, reste sceptique quant à l'avenir de l'éducation de base dans la Grande île. « La plupart des projets d'investissement, entre autres, la création de nouvelles salles de classe, attendra cette année le financement des bailleurs. Le peu de budget d'investissement alloué par l'État sera ainsi destiné à la réhabilitation de quelques salles de classe. Les missions du ministère central et celles des directions régionales de l'éducation nationale seront également limitées », a souligné le secrétaire général du ministère de l'Éducation nationale, hier.

Les enfants qui ont pu entrer à l'école, cette année, risquent alors de s'entasser dans une salle de classe.

« Un enseignant pourrait s'occuper de 60 élèves, voire plus, dans des communes éloignées si ce budget d'austérité est maintenu jusqu'à la fin de l'année », a précisé Pascal Rabetahiana.

Lueur d'espoir

Un enseignant à l'école primaire publique (EPP) de Fiadanana se plaint face au sureffectif des élèves dans sa classe depuis deux ans. « Le nombre d'élèves par classe a monté en flèche. Chaque enseignant avait pris la charge d'une quarantaine d'élèves par classe, en 2008. Aujourd'hui, avec le non paiement du droit d'inscription par les parents d'élève, un enseignant s'occupe de 55 élèves, en moyenne. Nous étions même contraints de refuser de nouvelles inscriptions, l'année dernière, faute de salle de classe », confie-t-il, sous couvert d'anonymat. À l'entendre, l'enseignant n'arrive plus à surveiller chaque élève.

Un autre enseignant de l'EPP du district d'Andramasina confirme cette remarque. « Nous ne faisions plus que donner des exercices et les corriger. Si cinq ou dix élèves sur les 60 n'arrivent pas à suivre la correction, nous ne pouvons que répéter une seule fois l'explication pour toute la classe. Cette situation aurait causé un taux de redoublement de plus de 30 % dans notre école », a-t-il expliqué.

Face à cette situation, Pascal Rabetahiana annonce une lueur d'espoir. « Cette situation pourrait connaître une petite amélioration après les élections. Nous devrions nous soumettre, encore, à la loi des bailleurs de fonds, dont leur choix de zone d'investissement et la procédure de déblocage de leur financement », conclut-il.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Express de Madagascar. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.