Sidwaya (Ouagadougou)

3 Janvier 2013

Burkina Faso: Alphabétiser 60 % de la population d'ici à 2015

L'année 2012 a été marquée par la fin du Plan décennal de développement de l'éducation de base (PDDEB),qui a porté le taux de scolarisation du Burkina à plus de 70% en 10 ans.

Ce plan sera remplacé par le Plan stratégique de développement de l'éducation de base(PDSEB).L'un des grands projets du ministère en charge de l'Education nationale, qui aura mobilisé des ressources et des énergies au cours de cette année, est le Programme national d'accélération de l'alphabétisation(PRONAA), qui vise un bond quantitatif de 60% de taux d'alphabétisation à l'horizon 2015, échéance des OMD.

Le Programme national d'accélération de l'alphabétisation (PRONAA) a pour but d'accélérer la lutte contre l'analphabétisme et de booster le taux d'alphabétisation en le faisant passer de 28,7% à 60% en 2015.Ce programme répond au souci du gouvernement et de ses partenaires de disposer d'un document de planification stratégique à court et moyen termes.

L'objectif majeur du PRONAA est d'accroître considérablement l'offre d'alphabétisation. Il vise surtout à améliorer de 50% le niveau d'alphabétisation des adultes, notamment des femmes, d'ici à 2015 . Sa particularité est qu'il établit des liens fonctionnels entre l'alphabétisation et les actes courants de la vie quotidienne. Conformément à la vision holistique de l'éducation, le PRONAA a été conçu comme le carrefour des différentes politiques de développement.

Cinq axes guideront sa mise en oeuvre : la satisfaction de la demande en Alphabétisation et en éducation non formelle (AENF) par une offre suffisante et pertinente, l'amélioration de l'efficacité interne et externe de l'AENF par un renforcement des acquis des apprentissages, par la réforme du système des Formations techniques et spécifiques (FTS) et la promotion effective de l'environnement lettré .Le renforcement de la gouvernance et la mobilisation des ressources sont d'autres axes de cet ambitieux programme. Les attentes vis-à-vis du PRONAA sont grandes et son évolution ne semble pas satisfaire les autorités qui ont décidé de trouver d'autres voies pour lui donner un coup de fouet.

Une campagne spéciale d'alphabétisation pour donner un coup d'accélérateur

En partenariat avec le ministère de la Jeunesse et de l'Emploi, le ministère de l'Education nationale et de l'Alphabétisation a lancé officiellement au mois de septembre 2012, une campagne spéciale d'alphabétisation. La campagne va concerner toutes les régions du pays et durer 80 jours avec un volume horaire de 400 heures. Cette campagne vise à accroître le nombre des alphabétisés dans les communes. La campagne spéciale rentre dans le cadre de la mise en oeuvre du Programme national d'accélération de l'alphabétisation (PRONAA), dont l'objectif est d'alphabétiser 60% de la population d'ici à 2015. Plus de deux millions cinq cent mille personnes devraient apprendre à lire et écrire dans ce laps de temps. L'initiative de la campane vient du fait que l'évolution actuelle du PRONAA laisse voir un décalage entre les prévisions et les résultats actuels. En effet, les chiffres indiquent que les financements du Fonds national pour l'alphabétisation et l'éducation non formelle ont permis l'ouverture de 10 042 centres d'alphabétisation qui accueillent 301 260 apprenants. Or, selon les prévisions,16 274 centres étaient attendus pour 301 260 apprenants. Les autorités en charge de l'Education ont alors compris que les objectifs du PRONAA ne peuvent se réaliser si la progression actuelle se maintenait.

Aussi, il fallait réfléchir à des alternatives qui permettront au Burkina Faso d'atteindre ses objectifs et de respecter ses engagements. La campagne spéciale devrait permettre d'accélérer l'alphabétisation et d'impulser des stratégies favorisant le développement de l'alphabétisation pour l'atteinte des objectifs du PRONAA.

La spécificité de cette campagne est son articulation avec le Programme spécial de création d'emplois (PSCE) initié par le ministère de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l'Emploi ( MJFPE) et qui court jusqu'en 2014.

Ce partenariat stipule que le ministère en charge de la Jeunesse procède au recrutement de 3000 volontaires et les mette à la disposition du MENA, pour l'animation des centres d'alphabétisation. La grande innovation est que la campagne se tient en une seule saison et non deux comme à l'accoutumée. Les apprenants ont droit à une attestation.

Deux mois après sa mise en oeuvre, le ministre en charge de l'Education non formelle est allé constater les réalités du terrain, puis a rencontré les directeurs régionaux pour dresser un bilan à mi-parcours. Les responsables au niveau déconcentré ont été unanimes à dire que la demande est au-dessus de l'offre. L'opération a suscité tant d'engouement, que les centres d'alphabétisation se sont retrouvés débordés, ce qui a compliqué la gestion des manuels.

La campagne spéciale d'alphabétisation a permis l'ouverture de 14 242 centres pour adultes et 144 pour adolescents. La campagne a enregistré 328 759 inscrits, dont 206 563 femmes.

Au Burkina Faso, près de 2/3 de la population est analphabète. Le taux d'alphabétisation d'environ 30%, demeure toujours en deçà du seuil minimum requis qui est de 40% pour impulser le développement. Le salut viendra de la conviction de tous d'envoyer systématiquement tous les enfants en âge d'être scolarisés, à l'école, pour en finir avec les stratégies de rattrapage. Cependant, les grands défis de l'heure demeurent la réduction des déperditions scolaires et l'amélioration du taux d'achèvement au primaire, facteurs adjuvants de l'analphabétisme.

-50 753 salles de classes

530 212 nouveaux élèves inscrits

5009 nouveaux enseignants recrutés

1 689 613 manuels scolaires

10 618 cantines

2 348 970 cartables minimum tous distribués.

L'effectif des candidats au CEP est passé de 295 595 en 2011 à 326 302 en 2012, soit un accroissement de 9,41%

Ads by Google

Copyright © 2013 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.