Libye: Nouvel assassinat à Benghazi, plongée depuis 16 mois dans la violence

Benghazi est à nouveau frappée par la violence. Le corps d'un responsable de la sécurité a été retrouvé vendredi soir. Une vague d'assassinats visant les forces de sécurité secoue la grande ville de l'est libyen depuis plus de seize mois, sans que les enquêtes n'avancent vraiment.

C'est un nouvel assassinat visant la police à Benghazi. Le corps de l'officier Nasser al-Magrabi a été découvert samedi 5 janvier dans la zone de Sidi Faraj, dans les environs de Benghazi. Selon les autorités, il aurait été battu avant d'être tué.

Ce n'est pas la première fois que les forces de sécurité sont prises pour cible dans la ville berceau de la révolte contre Kadhafi. Depuis environ un an et demi, la grande ville de l'est libyen est frappée par une série d'attentats contre la police, des officiers de l'armée et des responsables de la sécurité.

Mercredi dernier, le chef par intérim des enquêtes criminelles de Benghazi a été enlevé par des hommes armés. Une cinquantaine de collègues et de civils se sont rassemblés le soir-même pour dénoncer leurs conditions de travail et l'insécurité qui règne à Benghazi. Dernier assassinat en date, celui en novembre du chef de la police, Faraj Drissi, abattu sur le pas de sa porte.

Qui est derrière cette vague d'assassinats ? D'anciens partisans de Kadhafi ? Des criminels de droit commun ? D'anciens prisonniers cherchant vengeance ? Les hypothèses sont multiples et les enquêtes piétinent.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.