Libye: Le président du parlement victime d'une tentative d'assassinat

On l'a appris le 7 janvier, le président du Congrès général national, le Parlement libyen, a été victime d'une tentative d'assassinat dans la nuit de mercredi à jeudi dans le Sud libyen à Sebha. Mohamed al-Megaryef, le plus haut personnage de l'Etat, est sorti indemne mais trois membres de la sécurité militaires ont été blessés. A Benghazi, à l'est du pays, c'est un leader islamiste qui a échappé, lui aussi, à une tentative d'assassinat.

L'attaque s'est déroulée aux premières heures de jeudi vers deux heures du matin. Il y a eu des tirs de snipers contre l'hôtel où logeait le président al-Megaryef, a indiqué son porte-parole à RFI. Les échanges de tirs ont duré trois heures. Selon Rassmi Beruwien, il ne fait aucun doute que Mégarief a été victime d'une tentative d'assassinat, puisque les groupes armés ont visé spécifiquement l'étage de l'hôtel où dormait le président. Il était arrivé à Sebha la veille pour faire le point sur la situation sécuritaire dans le Sud libyen.

Depuis un décret adopté à la mi-décembre, les frontières de la Libye dans le Sud sont fermées, et la région est déclarée zone militaire fermée. L'attaque s'est produite quelques jours après des affrontements à Sebha entre les tribus Oueled Slimane et Gadafas.

L'enquête déterminera si ce conflit est lié à l'agression visant Mégarief. La protection des personnalités demeure un défi pour les autorités libyennes. Les manifestants parviennent régulièrement et sans peine à pénétrer dans l'enceinte du Congrès à Tripoli.

Les députés de l'Alliance emmenée par l'ancien Premier ministre Mahmoud Djibril ont même décidé de boycotter les travaux de l'Assemblée cette semaine, dénonçant notamment l'absence de mesures de sécurité adéquates pour les élus nationaux.

Un leader islamiste échappe à un attentat à Benghazi

La vague de violences qui sévit dans la ville de l'Est, berceau du soulèvement contre Mouammar Kadhafi continue. Dans la nuit de dimanche à lundi, Ahmed Abou Khattala, un dirigeant islamiste, a échappé de peu à une tentative d'assassinat à Benghazi. Un des deux hommes soupçonnés d'avoir posé une charge explosive sous sa voiture est mort en la manipulant.

Ahmed Abou Khatalla fait partie des suspects de l'enquête américaine sur l'attaque contre leur consulat en septembre dernier. Selon la police il s'agirait d'une revanche

Les deux hommes, qui seraient à l'origine de la tentative d'assassinat, sont des proches d'un combattant, mort aux côtés du chef militaire rebelle, Abdelfattah Younes, en juillet 2011. La brigade Obeida al-arrah, dirigée par Abou Khattala, est soupçonnée d'être impliquée dans la mort du colonel Younes et de ceux qui l'accompagnaient.

Depuis seize mois, Benghazi est frappée par une série d'assassinats contre de hauts gradés et des membres des forces de sécurité. Mais c'est la première fois qu'une tentative d'assassinat vise un dirigeant islamiste.

Ce week-end, le corps d'un officier de police a été retrouvé. Et mercredi dernier, un responsable de la police a été enlevé par des hommes armés.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.