Libération (Casablanca)

8 Janvier 2013

Maroc: L'association des populations du monde en conclave à Fès

L'Association des populations du monde -section Maroc- (APMM) a tenu ce week-end à Fès son congrès national. Le thème choisi pour ce rendez-vous est significatif : «Pour des lois équitables en faveur des montagnards».

Sur la forme, les dizaines de congressistes venus de plusieurs provinces dont Sefrou, Taza, Boulemane, Beni Mellal, Ifrane, Tinghir, Ouarzazate ... ont suivi le cours normal du congrès, c'est-à-dire une cérémonie d'ouverture, une présentation des rapports moral et financier et une élection du nouveau bureau composé de trois collèges : les membres à titre individuel, les élus et les experts et chercheurs.

Mais sur le fond, le débat était houleux. «L'on s'est penché sur les modalités de mise en oeuvre du cahier revendicatif avec pour slogan». La promulgation de lois équitables pour cette catégorie de citoyens». Les membres de l'APMM ont souligné lors de leurs interventions la nécessité d'annuler, tout simplement, les lois obsolètes qui ne sont autres que des dahirs promulgués sous le Protectorat.

Il s'agit du dahir du 12 août 1913 relatif à la conservation du foncier, celui du 10 octobre 1917 relatif à l'exploitation forestière et enfin celui de 1919 régissant la tutelle administrative sur les terrains collectifs. Hassan Hjij, membre dirigeant de l'APMM, est clair : «L'heure est à la réhabilitation des populations des montagnes dans leurs droits naturels.

Ce n'est plus admissible qu'ils continuent à vivre sous ces lois». Lesquelles continuent, selon les membres de l'APMM, de soumettre la montagne et ses populations à une exploitation systèmatique. D'abord, la spoliation des terres de manière plutôt «légale», ensuite la dilapidation de ses richesses forestières, sans que les populations puissent en tirer profit, et enfin leur privation des bienfaits des ressources naturelles. Au contraire, elles se trouvent à chaque fois pénalisées pour violation d'un territoire qui est le leur.

L'APMM appelle à la résolution de ces problèmes conformément aux principes qui figurent dans la déclaration des peuples autochtones, approuvée le 13 septembre 2007. Les doléances de l'APPM sont en parfaite harmonie avec les voix appelant à un développement intégré, ainsi qu'à l'édification d'un Etat de droit et d'institutions, à même d'assurer la dignité, l'égalité, l'équité et la justice sociale. Mais, le plus difficile est la détérioration de la situation sociale dans la montagne.

Outre la souffrance chronique due aux vagues de froid, il y a lieu d'invoquer l'absence de routes praticables, de centres de santé opérationnels, d'eau, d'assainissement, d'écoles...Quant aux données linguistiques et culturelles, l'APMM qui revendique des lois organiques permettant à tous les Marocains d'apprendre l'amazigh au sein des écoles publiques et privées, appelle au respect des cahiers des charges incitant les chaînes nationales à accorder un tiers de leurs programmations aux productions amazighes.

Ads by Google

Copyright © 2013 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.