L'Observateur Paalga (Ouagadougou)

8 Janvier 2013

Sénégal: Alioune Aïdara Sylla - le coffre-fort ambulant de Dakar

L'histoire se passe dans la nuit du 31 décembre 2012 au 1er janvier 2013 à l'aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar : alors qu'il rentrait d'un voyage à l'étranger, l'homme d'affaires et ancien député PDS Alioune Aïdara Sylla est alpagué avec, en sa possession, trois chèques d'un montant cumulé de 2,6 milliards de francs CFA ; une fortune dans un pays où la plupart des ménages peinent à joindre les deux bouts.

Conduit au poste, ce véritable coffre-fort ambulant, connu pour être un proche de l'ancien président Abdoulaye Wade, révèlera qu'il a simplement été mandaté par ce dernier pour récupérer la contribution d'un de ses amis des pays du Golfe afin d'exécuter un certain nombre d'opérations comme le remboursement de dettes ou l'achèvement du chantier de sa villa du point E ; pas de quoi fouetter un chat si l'on en croit les porte-parole de l'ancien parti au pouvoir, montés très vite au créneau.

Certes, mais il n'en fallait pas davantage pour relancer le feuilleton de l'opération mains propres déclenchée par le nouveau maître du Sénégal et qui vise les anciens caciques du parti libéral, dont le plus emblématique est Karim Wade, le fils de l'autre. Et si, depuis le début des poursuites, beaucoup, qui ne sont pas forcément partisans du PDS, dénoncent une chasse aux sorcières, les nouvelles autorités arguent qu'il s'agirait plutôt d'une oeuvre de salubrité publique, un moyen de faire rendre gorge à ces gens qui ont profité des 12 ans de Sopi pour se servir, et grassement. A coup sûr, la mésaventure du coffre-fort voyageur ne fera qu'apporter de l'eau à leur moulin.

Et sans préjuger du caractère mafieux de ces transactions, on peut légitimement se poser un certain nombre de questions, notamment sur l'origine de ce pactole : est-ce pour les beaux yeux de Wade et Cie que les princes du Golfe ont délié les cordons de la bourse ? Sinon serait-ce contrepartie d'un service rendu du temps où il était encore aux affaires ? Et quel genre de service ? On pourrait d'ailleurs se demander si c'était la première fois que des transactions aussi douteuses s'effectuaient...

En tout état de cause, la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) n'en demandait pas tant, elle pour qui l'épisode a valeur de légitimation, dans la mesure où, jusque-là, son rôle et ses cibles actuelles sont souvent l'objet de vives polémiques.

Ads by Google

Copyright © 2013 L'Observateur Paalga. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.