9 Janvier 2013

Centrafrique: François Bozizé - «nous sommes prêts pour un gouvernement d'union nationale»

interview

La capitale du Gabon, Libreville, accueille actuellement des délégations de la rébellion centrafricaine, du pouvoir et de l'opposition politique. Objectif : faire sortir le pays de la crise dans laquelle il est plongé depuis le mois de décembre. Dans quel état d'esprit les autorités centrafricaines abordent-elles ces discussions ? Qu'est-ce que le président François Bozizé est prêt à répondre à ceux qui réclament son départ ? Le chef de l'État centrafricain a répondu aux questions de l'envoyé spécial de RFI à Bangui.

La rébellion et l'opposition vous demandent de quitter vos fonctions à la tête du pays. Est-ce que vous êtes prêt à négocier cela à Libreville ?

Non, je n'ai pas à négocier. Pourquoi négocier ? Est-ce que la rébellion représente le peuple centrafricain qui m'a élu à deux reprises ? Qu'est-ce qu'on me reproche ? Je fais mon travail. Une rébellion qui surgit brutalement, qui nous attaque. Non, je n'ai pas à négocier. Sinon, c'est la loi de la jungle qui va triompher. Et cela pourra s'étendre ailleurs, et pourquoi pas même dans les pays développés ?

Qu'est-ce que vous souhaitez que votre délégation négocie à Libreville ?

Nous l'avons déclaré devant le président en exercice de l'Union africaine : nous sommes prêts pour un gouvernement d'union nationale. Dans notre gouvernement actuel, il y a l'opposition. Donc pour nous, ce ne sera pas une affaire nouvelle, c'est une chose que nous pratiquons depuis toujours. Seuls les gens de mauvaise foi disent le contraire.

Qui sont les rebelles qui ont lancé l'attaque sur Ndélé le 10 décembre ?

Je ne les connais pas. Si je les connaissais, je pourrais mieux les définir. Par contre, Djotodia semble être leur chef. Mais c'est à Djotodia que nous avons envoyé une délégation pour le voir il y a un mois et demi. A Gordil, il avait reconnu les accords de Libreville et il devrait respecter ceux-là. Qu'est-ce qu'il l'a poussé ? Est-ce que ce sont les opérateurs économiques qui l'ont poussé à aller de l'avant ? Lui seul pourrait le dire.

Au moment où ces négociations doivent commencer à Libreville, quel est votre message aux rebelles de la Seleka ?

Dans un premier temps, c'est de respecter la décision de Ndjamena qui leur demande de revenir à leur point de départ. Ensuite, reconnaître la Constitution de la République centrafricaine et ne pas se comporter tel qu'ils le font s'ils sont vraiment des citoyens du pays. Seul le respect des institutions de la République doit être pris en compte.

Qu'est-ce que vous attendez justement de vos pairs de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale qui doivent se réunir avec vous en sommet à la fin de cette semaine ?

Ce sont des chefs d'Etat qui ont l'habitude de gérer un pays. Certains connaissent les problèmes de rébellion. Je leur laisse le soin de deviner le reste. Ce qui arrive à la République centrafricaine peut arriver ailleurs. Il est temps de freiner cela.

Pourquoi selon vous les rebelles ont repris leurs activités en décembre ?

Dire que les rebelles ont repris, non. C'est une fraction, ce sont des rebelles un peu à part qui ont été « travaillés » à l'extérieur et l'opposition démocratique n'a fait que profiter de cela pour présenter ses revendications. Mais ce ne sont pas les rebelles habituels puisque les rebelles habituels ont signé les accords de paix à Libreville. Et nous vivons avec eux. Ils sont dans l'administration, dans le gouvernement, dans la fonction publique. Ce ne sont pas les mêmes rebelles.

Il y a à l'heure actuelle dans la société centrafricaine, en tout cas ici à Bangui, un discours anti-français qui commence à monter. Quel est l'état des relations actuellement entre la France et la Centrafrique ?

Non, les relations entre la France et la Centrafrique sont au beau fixe. Ce sont les rebelles de Seleka qui ont créé cette situation nouvelle. Et dans la mobilisation, la colère générale, la jeunesse a manifesté sa colère vis-à-vis de la France à travers des manifestations proches de l'ambassade de France. Nous avons reçu l'ambassadeur de France pour nous en excuser. Mais c'est une colère qui est tout simplement due au fait que la jeunesse a vu son avenir bloqué dans la mesure où elle espérait beaucoup, avec toutes les transformations que nous avions apportées au pays. Et voilà que brutalement, on assiste à une menace dangereuse pour l'avenir du pays. Mais c'est une colère de circonstance et cela doit s'arranger normalement. Il n'y a pas à développer cela sous autre forme.

Des forces sud-africaines sont actuellement déployées à Bangui. On parle également d'éléments ougandais. Quelle est la mission que vous leur attribuez ?

Il faut reconnaître que les forces ougandaises et sud-africaines existent en République centrafricaine depuis bientôt cinq ans. Les forces sud-africaines participent à la remise à niveau de forces centrafricaines. Les forces ougandaises se trouvent dans la pointe sud-est du pays et combattent la LRA [Armée de résistance du Seigneur ndlr] de Joseph Kony. Ils sont à 1 400 soldats dans la pointe Est du pays. Donc pour nous, ce n'est pas nouveau. Mais compte tenu du fait que le pays vit un moment qui n'est pas normal, ils ont dû prendre des dispositions puisqu'ils ont des ressortissants aussi.

Il y a eu des renforts tout de même ?

Oui, on ne sait pas comment les choses vont se développer. Toute armée à travers le monde prévoit toujours. Il n'est pas question de croire que c'est une petite affaire et que ce sont deux ou trois militaires qui doivent se tenir face à cela. Nous sommes prévoyants tout simplement.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.