Tchad: Un projet de modification de la constitution inquiète l'opposition

Au Tchad, les députés sont convoqués, ce mercredi 9 janvier 2013, en session extraordinaire pour examiner un projet de modification de la Constitution.

Une initiative du groupe parlementaire Mouvement patriotique du salut (MPS), le parti au pouvoir. Cette modification concerne notamment les articles consacrés au régime des incompatibilités, les fonctions que le chef de l'Etat ne peut exercer, et supprime l'inamovibilité des juges de la Cour suprême. Dans les rangs de l'opposition, on est très critique.

Selon la Constitution tchadienne, la fonction de président de la République est incompatible avec des responsabilités au sein d'un parti politique ou de toute autre association.

« Chose incompréhensible quand on sait que le chef de l'Etat est élu sur la base d'un programme porté par un parti politique », explique le président du groupe parlementaire Moussa Kadam en introduisant sa proposition. D'où la nécessité de modifier cette disposition.

Le député Moussa Kadam ajoute que le fondement de l'inamovibilité des juges est le souci d'indépendance. Or cette indépendance est affirmée dans d'autres textes. L'Etat pourra ainsi utiliser sans crainte les juges de la Cour suprême dans d'autres domaines où on aura besoin de leurs compétences.

Dans le camp de l'opposition, les critiques fusent. Un député de l'opposition indique que le MPS s'apprête à confirmer sa posture de parti Etat. « On veut faire sauter l'inamovibilité des juges pour les mettre sous pression en permanence », ajoute pour sa part un autre député». Même si rien ne peut empêcher l'adoption de ces modifications, les débats promettent d'être vifs.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.