La Prospérité (Kinshasa)

10 Janvier 2013

Afrique Centrale: RDC/Rwanda - La force internationale neutre arrive !

Photo: Radio Okapi
(Photo d'archives) - Des casques bleus de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RD Congo (Monusco)

Kinshasa — Aux Nations Unies et à l'Union Africaine (UA), les choses sont en train de bouger quant à la mise sur pied de la Force Internationale Neutre. Au fait, à Addis-Abeba, Capitale éthiopienne et siège de l'UA, une réunion de haut niveau s'est tenue, le mardi 8 janvier dernier, entre le Conseiller militaire du SG de l'ONU, les Ministres des Affaires Etrangères de la RD. Congo, du Rwanda ainsi que des Chefs d'état-major des pays de la région des Grands Lacs. Objectif ? Avancer concrètement vers la composition de la FIN, avec près de 4 mille hommes à déployer à la frontière commune RDC- Rwanda. A en croire le Commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union Africaine, M. Ramtane Lamamra, cette force devrait être intégrée à la Monusco déjà présente sur terrain. L'idée, soutient-il, est d'aller vers une seule force. Une intégration, ajoute-t-il, qui permettrait également une stabilité par rapport aux financements, aux ressources mais également à une unité de commandement et à la conjonction des objectifs.

Avec la nouvelle force, précise M. Ramtane, il sera question d'un mandat d'imposition de la paix et non de maintien de la paix dans la mesure où, il y aura un certain nombre d'objectifs exprimés très clairement et si jamais lesdites tâches ne peuvent pas être accomplies pacifiquement, il sera fait recours à la violence légitime. La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo, Monusco, fortement critiquée pour sa passivité, est en passe de jouer un nouveau rôle à l'Est du pays. En effet, à l'UA comme aux Nations Unies, les réflexions sont en train d'être mûries afin de définir autrement le mandat de cette mission onusienne en RD. Congo.

Les décideurs du monde voudraient, manifestement, que la Force Internationale Neutre, en voie de constitution, soit intégrée à la Monusco, même si les détails techniques restent à tirer au clair. Aussi, une réunion ministérielle de haut niveau s'est-elle tenue, le mardi 8 janvier 2013, au siège de l'UA, à Addis-Abeba. Seulement, les fonctionnaires de cette mission en République Démocratique du Congo ignorent, jusqu'ici, cette démarche de l'UA et des Nations Unies. Interrogé à ce sujet, le Porte-parole civil de cette mission, M. Madnodje Mounoubai a indiqué que la Monusco n'est pas encore saisie, pour sa participation au déploiement de la FIN. "S'il y aura la participation de la Monusco à cette action militaire, le Conseil de Sécurité de l'ONU qui est l'organe de décision, saisira cette mission par une résolution, pour lui permettre d'agir", a-t-il déclaré, ce mercredi 9 janvier 2013, au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission onusienne en RDC.

Le Conseil de Sécurité tranchera Selon certains observateurs, l'envoi en RDC d'une nouvelle force internationale serait superfétatoire. Par contre, soutiennent-ils, une redéfinition du mandat de la Monusco peut permettre aux Casques bleus d'oeuvrer dans le sens de la protection des frontières en lieu et place de cette Force Internationale Neutre. Déjà, dans le langage des Nations Unies, précise Ramtane Lamamra, ci-devant Commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA, ce sera, cette fois-ci, un mandat d'imposition de la paix et non seulement de maintien de la paix. C\'est-à-dire, il y aura un certain nombre d'objectifs très clairement exprimés que la Monusco devrait accomplir. Et, " si les dites tâches ne peuvent pas être accomplies pacifiquement, il sera fait recours à la violence légitime ", a lâché le Commissaire à la paix et à la sécurité de l'UA, dans une dépêche interceptée, hier, dans la soirée, sur le site de Rfi.

Déjà, à un certain moment, cette force était considérée comme étant superfétatoire, dès lors que les opérations militaires sont actuellement menées à l'intérieur du Congo, très loin de sa frontière avec le Rwanda voisin dont la complicité aux actions dévastatrices commises par le M23 a été, plus d'une fois, dénoncée par les experts de l'Onu, dans des rapports successives. A ce stade, la ville de Goma est plus que jamais exposée au banditisme. Plus qu'elle ne l'a été sous l'administration gouvernementale, avant sa chute. D'où, la problématique de sa sécurisation repose, au-delà de tout, du renforcement des capacités des Fardc. Les autorités congolaises ne devraient, pour autant, croiser les bras, même si l'hypothèse de l'avènement de la Force Internationale Neutre semble jouer en leur faveur, au regard du positionnement du M23 à Munigi, à environ trois Km de Goma, en violation de la demande des Chefs d'Etat de la CIRGL qui exigeaient plutôt le retrait jusqu'à 20 Km. Décidément, il faudrait repenser l'action et l'adapter à la situation, pour parer à toute éventualité.

Ads by Google

Copyright © 2013 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

Brin d'espoir pour un retour à la paix en RDC

(Photo d'archives) - Des casques bleus de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RD Congo (Monusco)

Un vent d'accalmie souffle sur la région Est de la République Démocratique du Congo. Après le cesse-le-feu lancé par les rebelles du M23 au Nord-Kivu, l'envoi d'une force ... Read more »