10 Janvier 2013

Madagascar: Andry Rajoelina laisse encore planer le doute sur son avenir politique

A Madagascar, La troïka de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) se réunit en sommet jusqu'à vendredi à Dar es Salaam en Tanzanie. Au menu, la crise politique à Madagascar notamment. La SADC espérait connaître les intentions d'Andry Rajoelina avant sa réunion mais il lui faudra encore patienter. Mercredi 9 janvier 2013, la cérémonie des voeux au peuple malgache n'a fait que relancer les spéculations. Dans son discours, l'actuel président de la transition a semblé laisser la porte ouverte aux deux options, dressant à la fois le bilan de son action sans dire au revoir, et annonçant le lancement de nouveaux projets.

Toujours aussi énigmatique sur ses intentions présidentielles, Andry Rajoelina estime malgré quatre ans de crise et l'appauvrissement de la population que Madagascar est encore debout et qu'elle s'en sortira sans se faire imposer de solutions par l'extérieur. « Le chemin n'a pas été facile, a-t-il déclaré. Il y a même eu des tentatives d'imposer de l'extérieur la voie que nous devons suivre. Les Malgaches ont le droit de choisir ».

Des piques lancées contre la communauté internationale et ses aides suspendues, mais le pays continue d'avancer, selon l'homme fort de la transition. « Nous avons bâti quelque chose à léguer à la postérité. Qui osera reprocher au régime la mise en place des hôpitaux ? », indique Andry Rajoelina.

Des infrastructures médicales, sportives, culturelles, et l'annonce d'une nouvelle route vers l'aéroport de la capitale, Andry Rajoelina un grand bâtisseur pour ses partisans, un candidat non déclaré déjà en campagne, selon ses opposants.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.