Le Potentiel (Kinshasa)

11 Janvier 2013

Congo-Kinshasa: Dialogue avec le M23 - le gouvernement étale ses contradictions au grand jour

En mission en Belgique, le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l'information et de la communication (PTNTIC), Tryphon Kin-Kiey Mulumba, est allé à l'encontre des déclarations faites récemment à Addis-Abeba par son collègue des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda, qui a qualifié « d'illogique » la poursuite du dialogue avec le M23, au regard de dernières sanctions de l'ONU contre ses principaux dirigeants.

Pour le ministre Kin-Kiey, repris par l'agence Belga, le dialogue de Kampala vise à « écouter les Congolais » qui ont rejoint le M23. Une déclaration qui étale au grand jour les contradictions qui minent le gouvernement dans le traitement de cette question.

Un jour, on trouve inacceptable de négocier avec le M23, un autre, on s'est dit disposé à écouter des compatriotes qui se sont rebellés. Alors, entre Kin-Kiey et Tshibanda, qui traduit au mieux l'option du gouvernement ? Difficile de répondre.

Toujours est-il que de l'avis du ministre des PTNTIC, le dialogue entamé à Kampala entre le gouvernement de Kinshasa et les rebelles du M23 ne vise qu'à « écouter les Congolais qui ont rejoint » cette mutinerie.

« Le gouvernement congolais veut écouter ses compatriotes qui sont dans le M23 », a-t-il affirmé à l'agence Belga à l'issue d'un séjour mardi à Bruxelles. Le M23 est « une rébellion que rien n'explique ni ne justifie », a ajouté M. Kin Kiey, assurant que les mutins n'auraient jamais pu s'emparer d'une partie de la province du Nord-Kivu sans l'aide du Rwanda.

Le M23 (Mouvement du 23 mars) a pris les armes en avril 2012 pour réclamer, notamment, la pleine application d'un accord de 2009 ayant intégré dans l'armée ses hommes appartenant alors à un autre mouvement rebelle. L'ONU et Kinshasa accusent le Rwanda et l'Ouganda voisins de soutenir les mutins - ce que nient les deux pays.

Le M23, « c'est le seul mouvement qui estime que les accords n'ont pas été respectés », a souligné M. Kin-Key, assurant que Kinshasa les avait honorés « à 99 pour cent ».

Il a toutefois prédit la fin prochaine de cette rébellion - qui a entre-temps décrété un cessez-le-feu unilatéral en marge des pourparlers de Kampala - estimant que le soutien de Kigali au M23 allait se réduire après l'avertissement donné par le président américain Barack Obama. Celui-ci a téléphoné en décembre à son homologue rwandais Paul Kagame pour lui demander de cesser tout soutien aux rebelles.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.