11 Janvier 2013

Soudan: Les Etats-Unis condamnent le bombardement soudanais de zones rebelles

document

Washington — Les États-Unis ont condamné le bombardement aérien du gouvernement soudanais dans les zones rebelles du sud et appelé les Nations unies à agir pour faire face aux urgences humanitaires de la région.

« La détérioration constante de la situation humanitaire dans le Kordofan du sud et le Nil Bleu nous préoccupe profondément », a déclaré le 8 janvier à New York Susan Rice, la représentante permanente des États-Unis aux Nations unies. Ces deux États du Soudan méridionale sont en proie à une insurrection opposée au gouvernement de Khartoum.

« Les bombardements aériens incessants des Forces armées soudanaises, notamment dans les zones civiles, nous préoccupent également profondément. Le Conseil de sécurité doit travailler collectivement maintenant pour appuyer un accès humanitaire immédiat et sans limite », a ajouté Mme Rice. Selon cette dernière, les chefs rebelles du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord et le gouvernement du Soudan portent la responsabilité de la crise humanitaire, mais le gouvernement de Khartoum porte l'essentiel du blâme.

Selon Mme Rice, les États-Unis sont en faveur de « mettre la pression » sur les parties qui s'opposent afin d'autoriser un accès humanitaire aux zones.

« Nous continuerons à insister sur la nécessité d'un accès, d'une protection des civils et sur la responsabilité. C'est notre objectif depuis le début et continuera à l'être », a-t-elle déclaré.

Mme Rice s'est exprimé après les déclarations du directeur des opérations auprès du Bureau des Nations unies, John Ging. Ce dernier a déclaré que des centaines de milliers de personnes dans le Kordofan du sud et le Nil Bleu sont affectées par les combats.

« Nous entendons des histoires incroyablement alarmantes de personnes qui se nourrissent de racines et de feuilles. Nous sommes en 2013 et devoir penser que des centaines de milliers de personnes vivent dans des conditions aussi désespérées et déplorables et que nous ne sommes pas en mesure de les aider en tant qu'organisations humanitaires est tout simplement inacceptable », a déclaré M. Ging.

Mme Rice a également exhorté les leaders du Soudan et du Soudan du Sud à mettre en oeuvre un accord pour stabiliser la région d'Abyei, riche en pétrole et que les deux gouvernements se disputent, en attendant un référendum qui définira son statut. Les présidents des deux pays se sont rencontrés début janvier dans la capitale éthiopienne d'Addis-Abeba et réaffirmé leur engagement à retirer leurs forces de la zone et à déployer un mécanisme conjoint de surveillance et vérification de la frontière. Le Soudan du Sud est devenu indépendant en 2011, mais certaines questions concernant la frontière n'ont pas été résolues.

Ads by Google

Copyright © 2013 United States Department of State. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.