14 Janvier 2013

Mali: Les Jihadistes menacent de frapper «le coeur de la France»

Photo: Staff Sergeant Samuel Bendet U.S.AFCOM/Wikimedia Commons
Malian soldiers stand in formation during military exercise (file photo):

La France poursuit ses opérations au Mali ce lundi 14 janvier, avec des renforts attendus aujourd'hui, notamment des hélicoptères Tigres, tandis que le Mujao (Mouvement pour l'unicité du jihad en Afrique de l'Ouest) a menacé dans un communiqué de frapper «le coeur de la France». Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recevra dans la soirée les présidents des deux assemblées, des commissions de la Défense, des Affaires étrangères et les présidents de groupe.

Ce n'est pas une surprise, en temps de guerre, même si ce n'est pas la guerre, la France se rassemble, à quelques exceptions près. Dominique de Villepin, l'homme qui avait dit « non » à la guerre en Irak, veut croire encore aujourd'hui que le dialogue politique aurait empêché l'avancée des terroristes vers Bamako.

Jean Luc Mélenchon, lui, juge discutable le fait que le Parlement n'ait pas été informé. Mais il se trompe, car cela est par définition impossible. On ne prévient pas ses ennemis que l'on va les frapper. En outre, la Constitution est très claire : une déclaration de guerre exige un vote du Parlement, mais dans le cas d'une intervention extérieure, une OPEX, comme ici au Mali, le gouvernement doit seulement informer le Parlement dans les trois jours, et il en choisit les modalités.

Ce lundi soir, Jean-Marc Ayrault reçoit donc les présidents des deux assemblées, les présidents des commissions de la Défense et des Affaires étrangères, et les présidents de groupe. Ce n'est qu'au-delà de quatre mois d'intervention que le Parlement doit être consulté, et non plus seulement informé.

Ces derniers jours, François Hollande s'est découvert, ou révélé, en chef de guerre, réveillé plusieurs fois dans la nuit, pour être informé des opérations. On le disait pusillanime, trop prudent, mais cette fois son bras n'a pas tremblé quand il s'est agit d'exercer le pouvoir régalien par excellence : le pouvoir militaire, celui qui vous pose un président. À l'Elysée, on le dit grave et déterminé.

Hollande a pris ses responsabilités, alors qu'il militait depuis plusieurs mois en faveur d'une intervention africaine. Mais l'urgence a quelque peu contrarié ses plans, la France se retrouve en première ligne, au nom de la très consensuelle lutte contre le terrorisme.

Cette séquence malienne devrait renforcer sa stature de président, dont certains de ses opposants de droite disaient qu'il en était dépourvu. Peut-il en espérer un regain de popularité ? Pour prendre un exemple récent, Nicolas Sarkozy, lui aussi, a eu sa guerre, en Libye, et le bénéfice en avait été de courte durée.

Il n'y a pour autant aucune volonté de dramatisation excessive de la part du pouvoir. L'agenda du président et de son premier ministre ne sont pas bouleversés. Et François Hollande maintient sa visite mardi à Abu Dhabi et Dubaï.

La participation européenne

Les Européens se faisaient un peu tirer la manche pour intervenir au Mali où ils avaient lancé la mission EUTM, mission de conseil et de formation au profit de l'armée malienne. Elle devait compter 400 à 500 hommes. Mais depuis vendredi, tout a changé. Premiers à aider les Français, les Britanniques, qui dès dimanche ont embarqué des véhicules blindés dans leurs avions de transport C17. Ces avions étaient attendus à Bamako. La France ne possède pas d'appareils comparables.

Les autres partenaires européens eux, sont moins pressés d'intervenir. Ils pourraient toutefois jouer un rôle important, en terme d'aide logistique, par exemple pour acheminer les troupes africaines qui ont promis leur aide sur le terrain.

Tout cela sera toutefois long à mettre en place, et nécessitera un important travail de planification, car faire monter des troupes africaines, à l'assaut, à la reconquête du Nord, alors que les bomdadements aériens se poursuivent, sans se coordonner très précisément, serait faire prendre un risque très important aux troupes africaines engagées au sol.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

La force africaine sur le pied de guerre au Nord-Mali

Malian soldiers stand in formation during military exercise (file photo):

L'offensive française contre les djihadistes au Mali a donné du tonus à la force africaine qui est sur le pied de guerre. Des contingents de soldats en provenance de pays du ... Read more »