14 Janvier 2013

Tunisie: Deux ans après la fuite de Ben Ali, le pays peine à effectuer sa transition

Photo: La Presse
Révolution tunisienne

Deux ans après la révolution, les symptômes sociaux n'ont guère changé en Tunisie. L'économie peine à se redresser. Le chômage s'est même aggravé, avec un taux de 20% au plan national. Résultat, les explosions de violence, et même les émeutes entre forces de l'ordre et manifestants, sont de plus en plus fréquentes. Sur le plan politique, la transition est également difficile. La nouvelle Constitution n'est toujours pas rédigée.

Deux ans après la révolution, les grèves générales débouchant sur des éruptions de violence sont de plus en plus fréquentes en Tunisie. Dernier exemple en date, dans la ville de Ben Gardane, frontalière avec la Libye. Pendant plusieurs jours, des heurts ont opposé manifestants et forces de l'ordres après une grève visant à protester contre la dégradation économique et sociale. L'armée a finalement été obligée d'intervenir.

Six semaines plus tôt, c'était la ville de Siliana, au nord-ouest, qui s'embrasait. Là, une grève générale déclenchée par le puissant syndicat UGTT (Union générale tunisienne du travail) demandait du travail, du développement et le départ du gouverneur nommé par les islamistes. Les manifestants l'ont finalement obtenu, mais après cinq jours d'émeutes et 300 blessés par des tirs de chevrotines de la police.

Deux mois avant, à Sidi Bouzid, berceau de la révolution, des ouvriers mécontents avaient saccagé le gouvernorat. Ils avaient eux aussi obtenu le départ de leur gouverneur. Un an après leur arrivée au pouvoir, les islamistes n'ont pas encore réussi à réduire les inégalités régionales.

Kmar Bendana

Professeur d'histoire contemporaine à l'université de la Manouba, près de Tunis

La nouvelle société tunisienne est pour le moment, à mon avis, en pleine turbulence.

Une économie en berne

La multiplication de ces mouvements sociaux, souvent violents, est due aux espoirs déçus de la population face aux difficultés économiques accrues. Avant la révolution tunisienne, l'économie reposait largement sur le tourisme, qui employait la moitié de la population active et les exportations textiles. Les troubles politiques ont entraîné la chute du tourisme, et la crise européenne celle des exportations.

En 2011, l'économie tunisienne a brutalement chuté et le PIB a reculé de 2%. En 2012, la Tunisie a repris le chemin de la croissance avec une progression de 3,5%. Une hausse cependant insuffisante pour résorber le fort taux de chômage qui était déjà élevé auparavant, notamment chez les jeunes, et qui atteint désormais 18% de la population au plan national, mais peut dépasser les 50% dans certaines régions.

Le désordre persistant pèse aussi sur les finances publiques. Le déficit budgétaire se creuse et l'inflation repart à la hausse. L'agence de notation Fitch a fait passer la Tunisie dans la catégorie des pays à risques pour les prêteurs, et l'a assortie d'une perspective négative, estimant que la transition économique s'avère plus longue et plus difficile que prévu.

Crise institutionnelle

Sur le plan politique aussi la transition peine à s'effectuer. Les attentes se cristallisent autour de la future Constitution. Elle devait être livrée en octobre dernier, elle n'en est qu'à son deuxième brouillon, un avant-projet qui n'a pas encore été adopté. Sa rédaction prend du temps car ce sont les députés qui s'en chargent, pas des experts. Des députés au rôle également parlementaire. Des députés souvent divisés.

Le parti islamiste Ennahda a fait des concessions, parfois sous la pression de la société civile. Il n'y a plus de référence directe par exemple à la charia dans la Constitution. Mais des ambigüités persistent, de l'avis d'experts. Des ambigüités relevées également par l'organisation Amnesty International en matière de droits et libertés.

D'autres chantiers, censés être prioritaires, stagnent. La justice transitionnelle pour régler les crimes de l'ancien régime n'est encore qu'un projet. La justice espère toujours une haute instance indépendante pour se réformer. En attendant, les associations de magistrats dénoncent des ingérences du pouvoir exécutif.

Pas non plus de réforme de la police, pourtant promise. Un syndicat du secteur reconnaît des bavures. Le ministre de la Gouvernance constate, lui, que la corruption, loin d'être freinée, s'est démocratisée.

Anouar Kousri

Avocat et membre de la ligue tunisienne des droits de l'homme

Ce sont les mêmes agents de police qui continuent à travailler avec les anciennes méthodes, parce qu'ils n'ont pas encore appris les méthodes démocratiques.

Ben Ali et sa famille en exil doré à Djeddah

Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

Après s'être longtemps réfugiés à Abba, une ville de montagne au sud-ouest de l'Arabie Saoudite, Ben Ali et sa famille vivent depuis quelques mois à Djeddah, dans un palais prêté par un prince, situé dans le quartier huppé d'Al-Yamama, face au palais du roi.

Le lieu est sous surveillance 24 heures sur 24. L'ancien président tunisien y mène une vie plutôt discrète et paisible. Il a pour consigne de ne pas parler politique sur le territoire saoudien. D'après son avocat libanais, il serait en train d'écrire ses mémoires. En période de beau temps, Ben Ali déambule sur la corniche et fréquente une plage privée, mais jamais sans ses gardes du corps. Selon des témoins, des voisins de transat, il serait en pleine forme même s'il se rend régulièrement à l'hôpital militaire du roi Fahd pour y effectuer des examens de contrôle.

En attendant, Ben Ali est condamné deux fois à la prison à vie. Il fait toujours l'objet d'un mandat d'arrêt international. Mais par tradition et parce qu'il n'existe aucune convention d'extradition entre Riyad et Tunis, jamais les autorités saoudiennes ne le livreront à la justice tunisienne. Ben Ali pourrait donc finir sa vie en Arabie Saoudite comme un autre célèbre dictateur, l'Ougandais Idi Amin Dada, mort à Djeddah en 2003.

Ads by Google

Copyright © 2013 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.