Le Pays (Ouagadougou)

14 Janvier 2013

Egypte: Reprise du procès de Moubarak

Photo: Naicomenó / Flickr
Photo d'archives - Manifestation Place Tahrir

Quel sort pour l'ex-raïs ?

L'ancien président égyptien, Hosni Moubarak, qui avait été condamné à perpétuité par la Justice de son pays, sera rejugé. Tout est à reprendre à zéro. Ainsi en a décidé la Cour de cassation égyptienne qui, refusant de se prononcer sur le fond, évoque un vice de forme ou de procédure. Dans ce cas, l'accusé est à nouveau présumé innocent et doit être rejugé. Il peut même demander sa libération en attendant que soit organisé un nouveau procès. Et c'est pour éviter que l'ex-raïs ne bénéficie de cette liberté provisoire que le parquet a sorti de son tiroir un autre dossier. Il s'agit d'une affaire de cadeaux qui auraient été faits à Moubarak par le journal étatique, Al-Ahram, et qui a permis au ministère public d'obtenir la détention de l'ex-président pour 15 jours supplémentaires.

Au fait, le pouvoir du président Mohamed Morsi fait flèche de tout bois pour que l'ex-dictateur reste en prison jusqu'à la date du 25 janvier qui marquera la commémoration du deuxième anniversaire de la révolution égyptienne. Libérer Moubarak avant cette date mettrait les autorités dans une mauvaise passe, surtout que l'opposition politique entend transformer le 25 janvier en journée d'action nationale contre le pouvoir de Morsi. Cela dit, la détention de Moubarak après le verdict de la Cour de cassation est beaucoup plus politique même si l'on s'efforce de lui donner un cachet légal. Pour dire vrai, le personnage de l'ex-président cristallise tellement les attentions qu'il est devenu un moyen de diversion pour le régime actuel qui l'utilise à sa guise chaque fois que le thermomètre sociopolitique commence à monter. Certes, l'ex-raïs est pointé du doigt dans la répression des manifestants qui a occasionné des centaines de morts pendant la révolution, mais au regard de sa santé chancelante, on se demande souvent s'il ne faut pas le laisser terminer sereinement ses derniers jours. Cela d'autant qu'il ne représente aucune menace pour le régime du Caire.

En tout cas, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'en ordonnant la reprise du procès de l'ex-dictateur, la Justice égyptienne a fait son travail. Elle a prouvé à l'opinion qu'elle est au-dessus de la mêlée. C'est tout à son honneur. Car très peu de gens croyaient qu'avec tout ce que l'on a dit de Moubarak, celui-ci pourrait bénéficier d'un procès équitable dans son propre pays. On attend maintenant de voir ce que décidera finalement la Cour d'assises, puisque la reprise du procès ne signifie pas de fait que l'ex-président est innocent. Il peut être relaxé tout comme il peut écoper d'une nouvelle peine plus lourde. Rien n'est à exclure. C'est du reste la preuve que le premier procès a été fait dans la précipitation, sous la pression de la rue, d'où des vices de procédure. On espère que cette fois-ci sera la bonne et que le droit sera dit en toute impartialité pour permettre à Moubarak de se situer définitivement sur son sort.

Ads by Google

Copyright © 2013 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 2,000 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 200 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

Focus Sur

2 ans après, la révolution égytienne toujours en marche

Photo d'archives - Manifestation Place Tahrir

Des forces politiques, syndicales et sociales qui sont descendus place Tahrir, il y a deux ans jour pour jour, afin de réclamer le départ de Hosni Moubarak vont participer aux ... Read more »